Conflit de familles

Gn 4, 17-26
décembre 23, 2023

Caïn connut sa femme, elle devint enceinte et enfanta Hénok. Caïn se mit à construire une ville et appela la ville du nom de son fils Hénok.

Irad naquit à Hénok et Irad engendra Mehouyaël ; Mehiyyaël engendra Metoushaël et Metoushaël engendra Lamek.

Lamek prit deux femmes ; l’une s’appelait Ada et l’autre Cilla. Ada enfanta Yabal ; ce fut lui le père de ceux qui habitent des tentes avec des troupeaux. Son frère s’appelait Youbal ; ce fut lui le père de tous ceux qui jouent de la cithare et du chalumeau.

Cilla, quant à elle, enfanta Toubal-Caïn qui aiguisait tout soc de bronze et de fer ; la sœur de Toubal-Caïn était Naama.

Lamek dit à ses femmes : « Ada et Cilla, écoutez ma voix ! Femmes de Lamek, tendez l’oreille à mon dire ! Oui, j’ai tué un homme pour une blessure, un enfant pour une meurtrissure. Oui, Caïn sera vengé sept fois, mais Lamek soixante-dix-sept fois. »

Adam connut encore sa femme, elle enfanta un fils et le nomma Seth, « car Dieu m’a suscité une autre descendance à la place d’Abel, puisque Caïn l’a tué ». A Seth, lui aussi, naquit un fils qu’il appela du nom d’Enosh. On commença dès lors à invoquer Dieu sous le nom de SEIGNEUR. 

Commentaire

Nul besoin de se pencher dans le détail de l’arbre généalogique, celui qui viendra au chapitre suivant sera différent. Il semble que Caïn, obligé de fuir et d’errer, soit devenu entretemps bâtisseur de ville ; il s’est donc sédentarisé. On observera que la descendance de Lamek sera d’une part l’élevage extensif (le même travail qu’Abel, en plus grand), mais aussi les arts et es techniques. Il semble que du côté de Lamek, la violence aille de pair avec le développement.

Le chant de Lamek est assez surprenant : il est une ode à la violence. C’est, plutôt que de la violence, l’expression de la violence, comme si pour Lamek, clamer la violence était un signe de virilité, une forme de vantardise. On se souvient des 77 fois où nous devons pardonner (Matthieu 18,22)

Adam et Ève reviennent : l’amour est encore un peu figé, mais ils font un fils de plus et Ève prononce enfin le nom de son fils défunt. Le texte nous propose ici une seconde branche de la descendance qui ne serait pas, elle, gangrenée par la violence. Elle serait même responsable pour l’usage du nom de Yahvé (on pensait que c’était plutôt Moïse en Exode 3.14). Luc reprendra le nom de Seth dans sa généalogie de Jésus (Lc 3.38).

On remarquera que Dieu est absent de ce passage : nous avons la description d’une société humaine qui a su s’organiser sans Lui. La violence est passée de la dissuasion (quand Dieu a voulu ainsi protéger Caïn) à une folie génocidaire, qui nous conduira au déluge, le remède inventé par Dieu pour mettre un terme à tout cela. La vie continue, certes, mais les racines de la violence qui ont été au sein même de la première cellule familiale ne sont pas disparues : la logique de la convoitise perdure.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
   1234
26272829   
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.