Ismaël retourne au désert

Gn 21, 14-21
février 5, 2024

Abraham se leva de bon matin, prit du pain et une outre d’eau qu’il donna à Hagar. Il mit l’enfant sur son épaule et la renvoya. Elle s’en alla errer dans le désert de Béer-Shéva.

Quand l’eau de l’outre fut épuisée, elle jeta l’enfant sous l’un des arbustes. Puis elle alla s’asseoir à l’écart, à la distance d’une portée d’arc. Elle disait en effet : « Que je n’assiste pas à la mort de l’enfant ! » Assise à l’écart, elle éleva la voix et pleura.

Dieu entendit la voix du garçon et, du ciel, l’ange de Dieu appela Hagar. Il lui dit : « Qu’as-tu, Hagar ? Ne crains pas, car Dieu a entendu la voix du garçon, là où il est. Lève-toi ! Relève l’enfant et tiens-le par la main, car de lui je ferai une grande nation. »

Dieu lui ouvrit les yeux et elle aperçut un puits avec de l’eau. Elle alla remplir l’outre et elle fit boire le garçon.

Dieu fut avec le garçon qui grandit et habita au désert. C’était un tireur d’arc ; il habita dans le désert de Parân, et sa mère lui fit épouser une femme du pays d’Egypte.

Commentaire

Ce texte nous rappelle bien entendu un épisode similaire en Gn16, dans lequel Saraï ne supportait déjà pas que sa servante Hagar fut enceinte et que son comportement soit devenu irrespectueux : Hagar s’enfuit dans le désert, un ange vient lui parler au puits de Lahaï (l’endroit où elle vit Dieu) pour lui dire de rentrer auprès de sa maîtresse et d’appeler son fils Ismaël. Une fois de plus la colère de Sara (cette fois) l’envoie dans le désert, où elle choisit de jeter l’enfant dans un buisson pour ne pas le voir mourir de soif. Et une fois de plus Dieu vient lui parler et lui fournir une source d’eau fraiche. Alors qu’en Gn 16, Ismaël était promis à un avenir d’âne sauvage, il est maintenant promis à une carrière de tireur d’arc, cad de pillard et de chasseur.

On verra bientôt que ce texte est aussi très proche de Gn 22, avec le fameux passage du sacrifice d’Isaac ; cette fois, ce sera un bouc que Dieu fournira à Abraham pour éviter la mort de son fils. Mais il semble que les deux fils d’Abraham aient été condamnés par Dieu à une mort certaine, avant d’être sauvés in-extremis. Un Dieu qui se repent ?

Si on considère l’histoire du texte, il s’avère que dans la version originale (sacerdotale), il n’a pas été prévu que les deux fils se séparent puisque ce sont eux qui vont enterrer leur père en Gn 25,9. Il y a donc fort à parier que ces épisodes contés en Gn 16 puis en Gn 21 aient été créés à posteriori pour bien montrer la séparation des peuples du désert avec le peuple juif. Bref, une drôle de façon de réécrire l’histoire.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
   1234
26272829   
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.