L’Ancien Testament

Introduction Pentateuque
décembre 4, 2023

Le Pentateuque, appelé aussi la Torah, est constitué des 5 premiers livres de l’Ancien Testament considérés comme la base de la littérature juive et acceptés par presque tous les courants comme l’œuvre de référence. Ces 5 livres sont la Genèse, l’Exode, le Lévitique, le livre des Nombres et le Deutéronome.

Si on considère l’ensemble de ces livres, on peut résumer leurs sujets au programme suivant :

Genèse 1 à 11 : l’histoire de la création et de l’humanité

Genèse 11,27 à 50 : l’histoire des Patriarches (Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob, Esaü, Joseph et les 12 tribus d’Israël.)

L’Exode et tous les autres livres racontent la vie de Moïse (dont personne ne sait s’il a vraiment vécu).

Commentaire

Attention 1 : il ne s’agit pas de livres historiques, la part du vrai dans ce qui nous est conté est très faible. En revanche, ces livres ont un intérêt historique très important car ils reflètent les traditions anciennes ainsi que l’état d’esprit des hommes au moment où ces livres ont été écrits, et surtout, ils nous permettent d’observer le cheminement de la foi juive (qui est aussi la nôtre, ne l’oublions pas) au cours du temps.

Attention 2 : il ne faut pas confondre la date de la rédaction de ces livres avec la date des histoires qui y sont répertoriées, ni avec la datation des personnages qui animent les récits. Une de plus anciennes légendes du Proche Orient Ancien, le livre de Gilgamesh, qui est une source d’inspiration de la Genèse, nous parle d’histoires qui auraient pu se passer aux alentours de -2.600. En faisant un effort, on pourrait voir Abraham en -2.000 et Moïse en -1.700 ; on peut faire cette datation de manière historique en se basant sur des détails contés dans les livres et sur ce qu’on sait des coutumes de certaines époques, mais attention, nous n’avons aucune preuve que ces personnages aient vraiment existé. Même chose pour les Rois Saül, David et Salomon, qui sont à la base de toute l’histoire juive, mais dont on n’a aucune preuve tangible de l’existence à ce jour.

Attention 3 : Tous ces livres ne sont pas une édition originale, ils ont tous été corrigés au cours du temps, et d’une manière assez subtile sur le principe suivant : om peut rajouter des mots ou des morceaux de phrase de manière à faire évoluer la signification, mais on ne retire rien, pas un seul mot. Il existe une science de l’histoire de la rédaction des textes saints qui est en perpétuelle évolution. Chaque passage est donc un patchwork de phrases écrites à des moments différents par des auteurs différents.

La seule date à peu-près certaine est que le Deutéronome a été rédigé dans sa première version aux alentours de l’an -622, à Jérusalem. Le roi Josias avait besoin d’unifier le culte en une seule religion et d’éradiquer les autres : il a donc rédigé un ouvrage qui permette de clarifier les questions de foi.

On découvre plusieurs couches successives dans les livres :

  • Une rédaction Yahviste (dans lequel Dieu s’appelle Yahvé, que l’on écrit YHWH. On la date de -930 environ et on en trouve des passages en Gn2 et Gn4, en Exode19…l’objectif des rédacteurs est de légitimer la ligne de David.
  • Une rédaction Elohiste (dans laquelle Dieu se nomme Elohim) datée de -800, qui insiste sur les questions d’éthique et de la crainte de Dieu (il y a des anges entre Dieu et les hommes).
  • Une rédaction faite par les auteurs du Deutéronome (-620) qui insiste sur l’alliance entre le peuple et Dieu et sur la Loi
  • Une rédaction plus tardive faite par les prêtres (une rédaction sacerdotale) aux alentours de -500 qui va mettre en valeur l’importance des rituels et des prêtres.

Dans les dernières avancées des historiens, on pense qu’il n’y aurait en fait que deux versions, une version originale complétée en plusieurs périodes, le tout ayant été corrigé par les prêtres : ils ont donc modifié le texte favorable à la descendance de David (la généalogie pour être juif) en un texte plus favorable à Moïse et au respect de la Loi (être juif se mérite et devient une histoire de comportement).

Dans le cas particulier de la Genèse, on distingue les couches suivantes :

Le cycle pré-sacerdotal (J), de l’époque mésopotamienne d’Atrahasis, avec dans l’ordre la création des hommes, puis le déluge, puis Cain et Abel, puis la tour de Babel

L’histoire des patriarches : on démarre par Jacob en terme chronologique, mais comme il est du nord et pas de Jérusalem, il sera repoussé en 3ème position pour venir après Abraham et Isaac. Les 3 sont réunis en -722

Jacob, la création d’un ancêtre d’Israël. Probablement en même temps que le livre d’Osée, au 8ème siècle (-760) avec le changement de nom de Jacob en Israël pour expliquer la descente du Nord vers le Sud.

Abraham, transformé en 1er patriarche, pas avant le 7ème siècle. En Esaïe 33, on parle de lui comme la figure pour les non-déportés vers Babylone. En Gn19, Loth, puis Abraham, puis Sodome, puis Ismaël, en Gn18 Abraham et Isaac) est plus vieux que Gn16 (Jacob), tout ayant été aggloméré en -722. En Gn22, le sacrifice d’Isaac a été rajouté au même moment.

L’histoire de Joseph, le roman de la diaspora : vers -400, on a justifié la diaspora égyptienne en créant le mariage de Joseph avec la fille d’un prêtre égyptien. En Gn 37-50, la vision de l’Egypte est beaucoup plus positive que dans les passages précédents.

 

Une fois que cela est dit, on peut avoir l’impression que c’est très compliqué et on doute de comprendre l’histoire contée tant elle est faite de passages entrelacés, d’incohérences et de répétitions.

La clef est de prendre ce texte avec beaucoup de recul, de se laisser entraîner dans les dédales de sa composition, de se laisser bercer dans des histoires incroyables…et surtout, de ne pas vouloir croire à tout ce qui nous est dit !

Les sources sont dans les textes lyriques, liturgiques et sapientaux de l’ancien Proche Orient, de la Mésopotamie et de l’Egypte. Il y a de nombreux points communs entre la Genèse et des textes retrouvés à Sumer, Babylone, Thèbes ou Ougarit. Mais ces textes ont été retravaillés pour souligner l’originalité de Yahvé.

Les mœurs d’Abraham sont ceux des communautés semi-nomades du croissant fertile, avec chèvres et moutons, et qui vont devenir de plus en plus sédentarisés dans le pays de Canaan. Ce sont des récits d’origine populaire et familiale.

Je conseille à tous d’utiliser la version écrite pour écouter la vidéo, car les textes sont anciens et le découpage n’est pas toujours facile à une bonne mémorisation.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
     12
17181920212223
24252627282930
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.