L’appel d’Abram

Gn 12, 1-5
janvier 12, 2024

Le SEIGNEUR dit à Abram : « Pars de ton pays, de ta famille et de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir. Je ferai de toi une grande nation et je te bénirai. Je rendrai grand ton nom. Sois en bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront, qui te bafouera je le maudirai ; en toi seront bénies toutes les familles de la terre. »

Abram partit comme le SEIGNEUR le lui avait dit, et Loth partit avec lui. Abram avait soixante-quinze ans quand il quitta Harrân.

Il prit sa femme Saraï, son neveu Loth, tous les biens qu’ils avaient acquis et les êtres qu’ils entretenaient à Harrân. Ils partirent pour le pays de Canaan. Ils arrivèrent au pays de Canaan.

Commentaire

Merveilleux texte que celui de l’appel d’Abram.

Un appel, un ordre, et 3 promesses. L’ordre est de se mettre en route à nouveau, de tout quitter pour reprendre le chemin qu’avait commencé Tèrah et qui s’était arrêté en cours de route. Quitte tout et pars.

3 promesses en échange.

Une aventure personnelle, l’Abram coincé entre son père et sa femme stérile va devenir une grande nation, son nom va devenir le nom d’une famille d’âge en âge

Un pouvoir, le critère de Dieu. Ce qu’Abram va décider, Dieu va le faire, le choix du Roi.

Un impact formidable, celui de bénir toutes les familles de la terre, devenir un exemple pour tous.

Alors évidemment, il s’agit là d’un acte de confiance incroyable. De la part de Dieu qui va proposer à cet Abram de continuer l’œuvre de bénédiction commencé en Gn 1, 28 « Dieu les bénit » et suivi en Gn 9,1 « Dieu bénit Noé et ses fils », et après chacune de ces bénédictions, l’ordre de proliférer. Acte de confiance de la part d’Abram aussi, tout quitter, abandonner son père…

Abram obéit : il prend sa femme et son neveu, son personnel et ses affaires, et il s’en va. Le texte original dira même « il sortit de Harrân », comme un enfant sort du ventre de sa mère.

Une nouvelle naissance pour Abram, la naissance du peuple juif. N’oublions pas que lorsque les auteurs écrivent ce livre, ils constituent déjà une nation, politique et religieuse ; ce sont eux qui décident de raconter la naissance de leur peuple de cette manière : un homme a tout quitté un jour pour répondre à l’appel de Dieu…

Pas mal, non ? Pour un début…

En fait, on pense que les premiers versets de ce passage sont un ajout tardif qui n’existait pas forcément dans les premières versions. Il y avait un problème en Palestine au moment du retour d’exil de Babylone, aux alentours de l’année -540 : ceux qui reviennent aimeraient bien cultiver des terres, mais celles-ci ont été prises par les juifs qui sont restés. Cela est bien expliqué dans le livre d’Ezéchiel 33.24 « Fils d'homme, les habitants de ces ruines qui se trouvent sur le sol d'Israël disent : “Abraham qui était seul prit possession du pays ; nous qui sommes nombreux, c'est à nous que le pays est donné en possession.” Le but du rajout est de montrer que ceux qui sont revenus ont suivi l’exemple d’Abram, ils ont obéi à un ordre divin de se mettre en route vers le pays de Canaan, il est donc tout-à-fait justifié qu’ils aient accès aux terres. C’est vrai qu’il y a une forte différence de style littéraire avec le dernier paragraphe qui correspond à l’écrit sacerdotal d’origine. La première partie est nettement plus romantique…

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
   1234
26272829   
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.