Le puits d’Abraham

Gn 21, 22-34
février 6, 2024

Or, en ce temps-là, Abimélek avec Pikol, le chef de son armée, dit à Abraham : « Dieu est avec toi en tout ce que tu fais. Jure-moi par Dieu, ici et maintenant, de ne trahir ni moi, ni ma lignée, ni ma postérité : tu agiras envers moi et le pays où tu séjournes avec la même amitié dont j’ai usé envers toi. »

Abraham répondit : « Je le jure. »

Abraham porta plainte devant Abimélek au sujet du puits que les serviteurs de ce dernier avaient accaparé. Abimélek s’écria : « Je ne sais qui a fait cette chose ; tu ne m’en avais pas même informé et moi-même je n’en ai entendu parler qu’aujourd’hui. »

Abraham prit du petit et du gros bétail qu’il donna à Abimélek et tous deux conclurent une alliance.

Abraham mit à part sept agnelles du troupeau. Abimélek dit à Abraham : « Que font ici les sept agnelles que tu as mises à part ? » Il répondit : « Pour que tu reçoives de ma main sept agnelles. Elles me serviront de témoignage que j’ai creusé ce puits. »

C’est pourquoi on appela ce lieu Béer-Shéva, car c’est là que tous deux avaient prêté serment. Ils conclurent une alliance à Béer-Shéva. Abimélek se leva et, avec Pikol le chef de son armée, il retourna au pays des Philistins.

Il planta un tamaris à Béer-Shéva où il invoqua le SEIGNEUR, le Dieu éternel, par son nom. Abraham résida longtemps au pays des Philistins. 

Commentaire

Voilà encore un texte un peu bizarre car il reprend un passage que nous verrons plus tard en Gn 26, qui parle effectivement d’une dispute autour d’un puits, mais cette fois entre Isaac et Abimélek. C’est probablement à cause de ce changement de temps qu’on y comprend pas grand-chose.

En fait le passage de Gn 26 fait partie de la version la plus ancienne du livre de la Genèse, la version sacerdotale écrite en -530. Il y aura ensuite une 1ère adjonction (dite la version yahviste) vers-500 suivie d’une 2ème adjonction en -400. Nous sommes au beau milieu de cette seconde modification (appelée aussi élohiste) qui concerne principalement les chapitres 20 à 22, à l’exception de la naissance d’Isaac qui est originale. Cette version élohiste met un peu en cause le côté magnifique d’Abraham et insiste beaucoup sur le fait que celui-ci ait un peu rapidement abandonné ses femmes et ses fils.

Dans la version originale de Gn 26 qui se passe aussi à Guérar avec des Philistins, on trouve également l’anecdote de la femme/sœur (entre Isaac et Rebecca cette fois), Abimélek reconnait bien que Dieu est avec Isaac (et non Abraham) mais Isaac est le vainqueur de la confrontation. Dans le texte d’aujourd’hui, il semble que c’est plutôt Abimélek le vainqueur…

Je vous le rappelle : tous ces textes ont été écrit en plusieurs fois, à diverses périodes, sur le même principe : on rajoute mais on ne retire rien. Et on rajoute un peu où on veut dans le texte, ce qui n’en rend pas la lecture plus facile, bien au contraire.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
     12
17181920212223
24252627282930
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.