Sel, souffre et feu sur Sodome

Gn 19, 1-29
janvier 30, 2024

Les deux anges arrivèrent le soir à Sodome alors que Loth était assis à la porte de Sodome. Il les vit, se leva pour aller à leur rencontre et se prosterna face contre terre. Il dit : « De grâce, mes seigneurs, faites un détour par la maison de votre serviteur, passez-y la nuit, lavez-vous les pieds et de bon matin vous irez votre chemin. » Mais ils lui répondirent : « Non ! Nous passerons la nuit sur la place. »

Il les pressa tant qu’ils firent un détour chez lui et arrivèrent à sa maison. Il leur prépara un repas, fit cuire des pains sans levain et ils mangèrent. Ils n’étaient pas encore couchés que la maison fut cernée par les gens de la ville, les gens de Sodome, du plus jeune au plus vieux, le peuple entier sans exception.

Ils appelèrent Loth et lui dirent : « Où sont les hommes qui sont venus chez toi cette nuit ? Fais-les sortir vers nous pour que nous les connaissions. »

Loth sortit vers eux sur le pas de sa porte, il la ferma derrière lui et dit : « De grâce, mes frères, ne faites pas de malheur. J’ai à votre disposition deux filles qui n’ont pas connu d’homme, je puis les faire sortir vers vous et vous en ferez ce que bon vous semblera. Mais ne faites rien à ces hommes puisqu’ils sont venus à l’ombre de mon toit. »

Ils répondirent : « Tire-toi de là ! » et ils dirent : « Cet individu est venu en émigré et il fait le redresseur de torts ! Nous allons lui faire plus de mal qu’à eux. » Ils poussèrent Loth avec violence et s’approchèrent pour enfoncer la porte. Mais les hommes tendirent la main pour faire rentrer Loth à la maison, près d’eux. Ils fermèrent la porte, et frappèrent de cécité les gens qui étaient devant l’entrée de la maison, depuis le plus petit jusqu’au plus grand ; ils ne purent trouver l’entrée.

Les hommes dirent à Loth : « Qui as-tu encore ici ? Un gendre ? Tes fils ? Tes filles ? Tout ce que tu as dans la ville, fais-le sortir de cette cité. Nous allons en effet la détruire, car elle est grande devant le SEIGNEUR, la plainte qu’elle provoque. Il nous a envoyés pour la détruire. »

Loth sortit pour parler à ses gendres, ceux qui allaient épouser ses filles, et il leur dit : « Debout ! Sortez de cette cité car le SEIGNEUR va détruire la ville. » Mais aux yeux de ses gendres, il parut plaisanter.

Lorsque pointa l’aurore, les anges insistèrent auprès de Loth en disant : « Debout ! Prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici de peur que tu ne périsses par la faute de cette ville. » Comme il s’attardait, les hommes le tirèrent par la main, lui, sa femme et ses deux filles car le SEIGNEUR avait pitié de lui ; ils le firent sortir pour le mettre hors de la ville.

Comme ils le menaient dehors, ils dirent à Loth : « Sauve-toi, il y va de ta vie. Ne regarde pas derrière toi, ne t’arrête nulle part dans le District ! Fuis vers la montagne de peur de périr. »

Loth leur dit : « A Dieu ne plaise ! Voici, ton serviteur a trouvé grâce à tes yeux et tu as usé envers moi d’une grande amitié en me conservant la vie. Mais moi, je ne pourrai pas fuir à la montagne sans être atteint par le fléau et mourir. Voici cette ville, assez proche pour y fuir, et insignifiante. Je voudrais m’y réfugier. N’est-ce pas demander peu de chose pour rester en vie ? »

Il lui répondit : « Vois ! je te fais encore cette faveur et je ne bouleverserai pas la ville dont tu me parles. Réfugie-toi là-bas au plus vite, car je ne peux rien faire jusqu’à ce que tu y sois arrivé. » C’est pourquoi on appelle cette ville Çoar.

Le soleil se levait sur la terre et Loth entrait à Çoar quand le SEIGNEUR fit pleuvoir sur Sodome et Gomorrhe du soufre et du feu. Cela venait du ciel et du SEIGNEUR. Il bouleversa ces villes, tout le District, tous les habitants des villes et la végétation du sol.

La femme de Loth regarda en arrière et elle devint une colonne de sel.

Abraham se rendit de bon matin au lieu où il s’était tenu devant le SEIGNEUR, il porta son regard sur Sodome, Gomorrhe et tout le territoire du District ; il regarda et vit qu’une fumée montait de la terre comme la fumée d’une fournaise. Or, quand Dieu détruisit les villes du District, il se souvint d’Abraham, et il retira Loth au cœur du fléau, quand il bouleversa les villes où Loth habitait.

Commentaire

Dans ce passage, Loth fait exactement la même chose qu’Abraham la veille, il fait preuve d’une large hospitalité. On a longtemps voulu voir dans ce passage l’horreur de l’homosexualité des gens de Sodome qui veulent s’en prendre à tous les hommes de passage et n’acceptent même pas qu’on leur propose deux jeunes filles vierges pour s’amuser. Cette proposition de Loth nous choque bien entendu, reste à savoir si ce genre de geste était choquant à l’époque et si la loi de l’hospitalité n’était pas plus importante que la virginité de ses propres filles.

On trouve exactement la même histoire dans le chapitre 19 du livre des Juges, avec quelques différences : cela se passe à Guivea (une ville de la tribu de Benjamin), les gens de la ville refuse la fille du Lévite mais vont se satisfaire de sa femme qui va en mourir. Le mari va découper son cadavre en 12 morceaux pour convaincre les autres tribus d’Israël de la nécessité d’une vengeance. Dans ce cas, aucune trace d’homosexualité, mais un net refus de l’hospitalité et une forte volonté d’humilier l’étranger (le viol d’une femme ou d’une fille à l’époque était un message d’humiliation avant tout).

Il existe un parallèle entre la déluge de Noé et le feu de Sodome : on peut considérer en effet la maison de Lot comme une arche, et pour ceux qui en doutent, souvenons-nous de Dieu qui ferme gentiment la porte de l’arche derrière Noé ; ce sont les mêmes mots pour la porte que ferment les anges du Seigneur. A Noé l’eau, à Lot le feu.

Pour ceux que l’histoire intéresse, on sait qu’en -2.000 il y aurait eu un tremblement de terre dans la plaine de Sodome qui aurait déclenché l’explosion de poches bitumineuses situées sous l’actuelle mer morte (que l’on appelle aussi mer de Loth en arabe). Quant à l’eau salée de la mer morte, on a bien compris que la colonne de sel a fini par se dissoudre. Si on a bien retrouvé des traces de la ville de Sodome près de la mer morte, rien en revanche au sujet d’une éventuelle ville de Gomorrhe…

En termes de rédaction, on pense que l’essentiel de ce texte est un ajout qui vient en plus du texte sacerdotal qui est la première version et qui reprend au verset 29 : Abraham se rendit de bon matin…Un ajout pour nous montrer la bonté de Dieu en dépit de l’obstination de Loth, car le péché de Sodome attire l’homme comme un aimant.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
  12345
2728293031  
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.