Avant Abraham

Jn 8, 51-59
mars 21, 2024

En vérité, en vérité je vous dis, que si quelqu`un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.

Les Juifs lui dirent : Nous connaissons maintenant que tu as un démon ; Abraham est mort et les prophètes aussi, et tu dis : Si quelqu`un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. Es-tu plus grand que notre père Abraham, qui est mort? Les prophètes aussi sont morts ; qui prétends-tu être ?

Jésus répondit : Si je me glorifie moi-même, ma gloire n`est rien ; c`est mon Père qui me glorifie, lui, dont vous dites qu`il est votre Dieu.

Cependant, vous ne l`avez point connu ; mais moi, je le connais ; et si je disais que je ne le connais pas, je serais un menteur comme vous ; mais je le connais et je garde sa parole.

Abraham votre père a tressailli de joie de ce qu`il verrait mon jour ; et il l`a vu, et il s`est réjoui.

Les Juifs lui dirent : Tu n`as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham !

Jésus leur dit : En vérité, en vérité je vous le dis : Avant qu`Abraham fût, je suis.

Alors ils prirent des pierres pour les jeter contre lui ; mais Jésus se cacha et sortit du temple, passant au milieu d`eux, et ainsi il s`en alla.

Commentaire

Nous avons sauté un passage du chapitre 8, un peu compliqué il est vrai car la discussion s’envenimant, on a fait intervenir le démon dans la controverse…Nous poursuivons le développement sur la foi durable, croire en Jésus Fils de Dieu est la clef pour connaître la vie en Dieu.

Nous allons donc avoir un premier malentendu sur la notion de mort : on se souvient que si pour les juifs, ou pour nous, la mort est le moment où notre cœur s’arrête de battre, pour Jésus (ou pour Jean), la mort est l’absence de Dieu. Le second malentendu sera sur la date, et l’utilisation du temps des verbes : le temps de Dieu n’est pas celui des hommes.

L’idée de ce passage est toujours celle de l’omniscience et de la préexistence de Jésus qui vit dans le temps divin et non dans le temps des hommes. Abraham croyait en Dieu, il est donc resté dans le milieu de Dieu à sa mort terrestre ; Jean nous décrit ce milieu comme étant celui d’une proximité forte entre tous ceux qui vivent en Dieu, Jésus est donc parfaitement au courant des états d’âme (jeu de mots ?) d’Abraham.

Cette description d’une réalité transcendantale dans laquelle il fait bon vivre peut faire sourire, elle n’en demeure pas moins la solution trouvée par Jean pour convaincre les anciens juifs qui formaient une bonne part de sa communauté. Il y avait une compétition entre deux systèmes monothéistes, avec le Dieu des juifs et celui de Jésus. Il était important pour les nouveaux chrétiens de bien mettre en évidence les différences tout en maintenant une certaine unité : il aurait été dommage de créer une barrière entre les juifs acquis à la foi chrétienne et les autres chrétiens, alors que Paul faisait tout pour assembler ces deux parties de l’Eglise. Il faut donc convaincre les juifs, en tout cas ceux qui sont déjà entrés en chrétienté et qui relaient les critiques et les arguments de ceux qui sont restés à la synagogue, que le Père en question, celui de Jésus et celui d’Abraham, ne font qu’un.

C’est pourquoi dans ce passage, Jésus invoque sa proximité avec Abraham (alors que c’étaient les juifs qui en parlaient jusqu’à maintenant). On se souvient que dans la Genèse, Abraham et Sarah sont souvent dans l’allégresse…Par la différence des temps, le fameux « Je suis » opposé à « Abraham fût », le « je suis » de l’Exode 3.14 : Dieu dit à Moïse : « JE SUIS QUI JE SERAI. » Il dit : « Tu parleras ainsi aux fils d'Israël : JE SUIS m'a envoyé vers vous. »

Le dernier verset prouve que les juifs ont bien compris, mais qu’ils ne sont pas près d’accepter.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
15161718192021
22232425262728
2930     
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.