La marche sur la mer

Jn 6, 16-21
avril 22, 2023

Le soir venu, ses disciples descendirent jusqu’à la mer. Ils montèrent dans une barque et se dirigèrent vers Capharnaüm, sur l’autre rive. Déjà l’obscurité s’était faite, et Jésus ne les avait pas encore rejoints.

Un grand vent soufflait et la mer était houleuse. Ils avaient ramé environ vingt-cinq à trente stades, lorsqu’ils voient Jésus marcher sur la mer et s’approcher de la barque. Alors ils furent pris de peur, mais Jésus leur dit : « C’est moi, n’ayez pas peur ! »

Ils voulurent le prendre dans la barque, mais aussitôt la barque toucha terre au lieu où ils allaient.

Commentaire

Ce passage de la marche sur l’eau est coincé ici entre le récit de la multiplication des pains et le discours sur le pain de vie, ce qui peut paraître surprenant, le pain n’aimant pas beaucoup l’humidité. Il s’agit de deux miracles (la multiplication des pains et la marche sur l’eau) qui se suivent dans la tradition des premiers chrétiens, on a la même séquence dans les synoptiques (Mc 6, 42-45 et Mt 14, 22-33). Jean a laissé la marche sur l’eau à cette place car elle est la réponse à la question posée au verset 15 et restée sans réponse : on se souvient que les juifs voulaient faire de Jésus un roi, ce qui l’a fait partir en courant. Ce passage nous dit la chose suivante : non Jésus n’est pas le roi messianique que les juifs attendent, il est le fils de Dieu.

La marche sur l’eau montre la domination de Dieu sur les flots, ceux-ci étant considérés dans les temps anciens comme l’image du chaos. On trouve cela dans la mythologie grecque (Orion, fils de Poséidon, Xerxès, Pythagore) tout comme dans les textes de l’Ancien Testament : En Exode 14,21-31 Moïse étend la main sur la mer rouge, en Josué 3,14-16 les eaux du Jourdain s’arrêtent de couler pour laisser passer les prêtres qui portent l’arche vers Jéricho, en 2Rois 2 7-8.14, Elie frappe les eaux du Jourdain avec son manteau pour que Élisée puisse passer à pied sec, en Job 9.8 « A lui seul il étend les cieux et foule les houles des mers »…

Dans le Psaume 77.20 « Dans la mer tu fis ton chemin, ton passage dans les eaux profondes, et nul n'a pu connaître tes traces. »

Jean ne s’embête pas avec les détails de ses collègues évangéliste : chez lui la tempête ne s’apaise pas, il n’y a pas de méprise avec un éventuel fantôme, Jésus ne monte pas sur la barque et celle-ci s’échoue dès qu’il parle.

Quant au « c’est moi, n’ayez pas peur », c’est une nouvelle version du « je suis »

Bon voilà, maintenant on sait qui est Jésus et dans quelle cour il joue, on peut passer à autre chose.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
22232425262728
2930     
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.