La paralytique de Jean

Jn 5, 1-16
mars 21, 2023

Après cela et à l’occasion d’une fête juive, Jésus monta à Jérusalem. Or il existe à Jérusalem, près de la porte des Brebis, une piscine qui s’appelle en hébreu Bethzatha. Elle possède cinq portiques, 3 sous lesquels gisaient une foule de malades, aveugles, boiteux, impotents.

Il y avait là un homme infirme depuis trente-huit ans. Jésus le vit couché et, apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps déjà, lui dit : « Veux-tu guérir ? »

L’infirme lui répondit : « Seigneur, je n’ai personne pour me plonger dans la piscine au moment où l’eau commence à s’agiter ; et, le temps d’y aller, un autre descend avant moi. » Jésus lui dit : « Lève-toi, prends ton grabat et marche. »

Et aussitôt l’homme fut guéri ; il prit son grabat, il marchait. Or ce jour-là était un jour de sabbat. Aussi les Juifs dirent à celui qui venait d’être guéri : « C’est le sabbat, il ne t’est pas permis de porter ton grabat. » Mais il leur répliqua : « Celui qui m’a rendu la santé, c’est lui qui m’a dit : “Prends ton grabat et marche.” »

Ils l’interrogèrent : « Qui est cet homme qui t’a dit : “Prends ton grabat et marche” ? » Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c’était, car Jésus s’était éloigné de la foule qui se trouvait en ce lieu.

Plus tard, Jésus le retrouve dans le temple et lui dit : « Te voilà bien-portant : ne pèche plus de peur qu’il ne t’arrive pire encore ! » L’homme alla raconter aux Juifs que c’était Jésus qui l’avait guéri. Dès lors, les Juifs s’en prirent à Jésus qui avait fait cela un jour de sabbat.

Commentaire

Voici un autre passage de Jean, assez proche en fait de la guérison de l’aveugle de naissance. Nous allons l’étudier en 3 parties : aujourd’hui la guérison, demain ce sera un discours sur le pouvoir du fils et le 3ème jour, nous verrons la question de l’authenticité de ce discours.

La scène est assez simple comme toujours : Jésus, en arrivant à Jérusalem, passe par la piscine de Bethesda ou il rencontre une vraie cour des miracles, car tous les infirmes viennent pour se plonger dans une piscine aux eaux supposément thérapeutiques. Il avise un paralysée « de naissance » (car 38 ans, c’est très long). Le bonhomme explique plus ou moins pourquoi il ne parvient pas à se plonger dans les tourbillons, Jésus le guérit d’un seul mot et lui dit de prendre son grabat : nous sommes dans le « lève-toi et marche » que nous avons déjà vu par ailleurs. Les juifs qui comme par magie débarquent à ce moment-là lui tombent dessus car il n’a pas le droit de porter son grabat un jour da Sabbat. Une fois de plus, l’homme ne connaît pas Jésus par son nom et ne sait rien de lui.

Jésus retrouve le paralysé guéri au temple et lui dit de ne plus pécher : celui-ci le dénonce alors aux scribes qui lui tombent dessus pour avoir fait de la médecine un jour de Sabbat.

Quelques commentaires sur ce récit de signe. Outre le parallèle de Jean avec la guérison de l’aveugle né (on se souvient du passage des ténèbres à la lumière), on retrouve aussi l’histoire de la Samaritaine : Jésus est l’eau vive qui guérit.

Il y a juste une phrase qu’on a du mal à comprendre : « ne pêche plus ». C’est ennuyeux, car on pourrait comprendre que Jésus considère lui aussi que la paralysie du pauvre homme venait de son péché ; or il nous a expliqué le contraire il y a deux jours en nous disant à propos de l’aveugle « Ni lui, ni ses parents ».

La raison en est la suivante : on a bien découvert une piscine avec des colonnes à Bethesda, avec la peinture murale d’un ange qui souffle sur l’eau. Cette piscine se trouve bien à proximité de la porte des brebis. Elle a servi pendant longtemps comme un abreuvoir dans lequel on lavait les animaux qui devaient être sacrifiés au temple, car cette piscine se trouve juste sous l’enceinte du temple. Si l’eau purifiait les animaux, alors elle devait pouvoir aussi guérir les hommes, et du temps de Jésus, il est probable qu’elle servait à de nombreux infirmes qui voudraient se soigner en prenant les eaux. Il est possible que dès le 2ème siècle, cette piscine ait été récupérée comme un sanctuaire au dieu Sérapis (un dieu gréco-Egyptien, Esculape). Une hypothèse serait donc qu’au cours d’une modification tardive du texte de Jean, un auteur bien intentionné ait ajouté ce petit « ne pêche plus » comme une condamnation de ceux qui croient que les divinités païennes sont capables de guérir.

Le « veux-tu devenir sain » est fait pour montrer le rôle de juge eschatologique de Jésus, capable par sa parole de transformer les pécheurs et de redonner la vie. Ce qui sera le point central du paragraphe suivant que nous étudierons demain.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
22232425262728
293031    
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.