Le fils de l’artisan

Jn 5, 17-30
mars 22, 2023

Mais Jésus leur répondit : « Mon Père, jusqu’à présent, est à l’œuvre et moi aussi je suis à l’œuvre. » Dès lors, les Juifs n’en cherchaient que davantage à le faire périr, car non seulement il violait le sabbat, mais encore il appelait Dieu son propre Père, se faisant ainsi l’égal de Dieu.

Jésus reprit la parole et leur dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, mais seulement ce qu’il voit faire au Père : car ce que fait le Père, le Fils le fait pareillement. C’est que le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait ; il lui montrera des œuvres plus grandes encore, de sorte que vous serez dans l’étonnement. Comme le Père, en effet, relève les morts et les fait vivre, le Fils lui aussi fait vivre qui il veut.

Le Père ne juge personne, il a remis tout jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils, n’honore pas non plus le Père qui l’a envoyé.

En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et croit en celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle ; il ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie. En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient — et maintenant elle est là — où les morts entendront la voix du Fils de Dieu et ceux qui l’auront entendue vivront.

Car, comme le Père possède la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils de posséder la vie en lui-même ; il lui a donné le pouvoir d’exercer le jugement parce qu’il est le Fils de l’homme

Que tout ceci ne vous étonne plus ! L’heure vient où tous ceux qui gisent dans les tombeaux entendront sa voix, et ceux qui auront fait le bien en sortiront pour la résurrection qui mène à la vie ; ceux qui auront pratiqué le mal, pour la résurrection qui mène au jugement.

Moi, je ne puis rien faire de moi-même : je juge selon ce que j’entends et mon jugement est juste parce que je ne cherche pas ma propre volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé.

Commentaire

Il s’agit donc du développement qui fait suite à la lecture d’hier, la guérison du paralytique. Que nous dit Jean ?

Tout d’abord, que Jésus est le Fils du Dieu unique : les juifs s’étranglent !

Ensuite, Jean nous décrit le père comme un artisan qui aime son fils et lui enseigne l’art du travail. Or le travail de Dieu est de faire le jugement dernier, cad de « relever les morts et de faire vivre ceux qu’il veut ». Il s’agit du rôle du juge eschatologique tel que les juifs le comprennent.

Il ajoutera que le père a confié cette tâche de juge au Fils, et qu’il lui fait entièrement confiance. Il en profite d’ailleurs pour insister sur le fait que l’on doit à Jésus le même traitement que l’on doit à Dieu (là encore, il est probable que les juifs s’étranglent).

Au paragraphe suivant, Jésus fait une déclaration surprise : Il suffit de croire pour être sauvé ! Et que celui qui croit en Jésus n’aura pas à passer par le jugement dernier.

Et le dernier paragraphe renchérit sur le fait que le Fils ne fait que la volonté du Père, ce qui fait tomber l’accusation de blasphème.

L’avant-dernier paragraphe est un peu plus compliqué : « tous ceux qui auront fait le bien en sortiront pour la résurrection ». Mais ne vient-il pas de dire que c’est la foi qui sauve, et non pas les œuvres ?

L’explication est la suivante : le développement de l’évangile de Jean s’est fait au sein de la communauté johannique, une sorte de secte chrétienne dont l’approche ne coïncidait guère avec les autres communautés développées par les apôtres : par exemple, on ne parlait pas de Pierre ou presque, et en plus, on considérait que c’était la foi la plus importante, que celui qui a la fois ne passe pas par le jugement. De même, cette secte ne se montrait pas très ouverte à l’humanité de Jésus, on sait bien que les adeptes de la communauté johannique privilégiait une christologie haute, cad que Jésus était Dieu dès le départ et qu’il n’est jamais vraiment devenu homme. En poussant ce genre d’approche, non seulement les communautés johanniques se mettaient les synagogues à dos, comme tous les autres chrétiens, mais en plus, elles se mettaient aussi les autres groupes chrétiens en travers. Alors est venu le jour où repoussés de toutes parts, les adeptes de Jean ont dû faire amende honorable pour pouvoir se réintégrer avec les autres communautés chrétiennes. Pour cela, ils ont dû apporter quelques modifications à l’évangile original : c’est ainsi qu’on a laissé Pierre entrer le premier au tombeau, et que dans notre passage, on a remis un peu d’eschatologie traditionnelle, en rajoutant les œuvres à la foi.

Si l’évangile de Jean connaît encore un succès important, la communauté de Jean a elle disparue : certains sont devenus gnostiques, une autre secte considérée hérétique, mais l’immense majorité des adeptes est rentrée dans le rang et s’est fondue dans l’Eglise de Pierre.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
     12
17181920212223
24252627282930
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.