Le lavement des pieds

Jn 13, 1-15
mars 28, 2024

Avant la fête de la Pâque, Jésus sachant que son heure était venue, l’heure de passer de ce monde au Père, lui, qui avait aimé les siens qui sont dans le monde, les aima jusqu’à l’extrême.

Au cours d’un repas, alors que déjà le diable avait jeté au cœur de Judas Iscariote, fils de Simon, la pensée de le livrer, sachant que le Père a remis toutes choses entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il va vers Dieu,

Jésus se lève de table, dépose son vêtement et prend un linge dont il se ceint.

Il verse ensuite de l’eau dans un bassin et commence à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint.

Il arrive ainsi à Simon-Pierre qui lui dit : « Toi, Seigneur, me laver les pieds ! »

Jésus lui répond : « Ce que je fais, tu ne peux le savoir à présent, mais par la suite tu comprendras. » Pierre lui dit : « Me laver les pieds à moi ! Jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu ne peux pas avoir part avec moi. »

Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, non pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! »

Jésus lui dit : « Celui qui s’est baigné n’a nul besoin d’être lavé, car il est entièrement pur : et vous, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait en effet qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il dit : « Vous n’êtes pas tous purs. »

Lorsqu’il eut achevé de leur laver les pieds, Jésus prit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que j’ai fait pour vous ? Vous m’appelez “le Maître et le Seigneur” et vous dites bien, car je le suis.

Dès lors, si je vous ai lavé les pieds, moi, le Seigneur et le Maître, vous devez vous aussi vous laver les pieds les uns aux autres ; car c’est un exemple que je vous ai donné : ce que j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi.

Commentaire

Nous lisons aujourd’hui un passage exclusif de Jean, assez étonnant sur de nombreux aspects et qui a donné libre cours à la créativité théologique de l’église. Nous essaierons donc de rester factuels, dans le mesure du possible. Le texte se divise en 4 passages successifs : une introduction, la description de la scène du lavement des pieds, une 1ère interprétation avec Pierre et une seconde interprétation grâce à Jésus.

Il me paraît important de rappeler deux ou trois choses de l’époque de Jésus. Le lavement des pieds est une habitude courante au 1er siècle. A la maison, il se fait avant le repas comme un signe d’accueil ou d’hospitalité : il est exécuté par un esclave (non-hébreu car un commentaire talmudique d’Exode 21,2 spécifie ce point), par les enfants, par l’épouse parfois, éventuellement par les disciples d’un grand maître. A la synagogue, on fait ce geste avant de prier : cela fait partie de ce qu’ Aaron préconise à ses fils de faire avant d’entrer dans le Temple (Exode 30.19) et c’est encore une pratique courante chez les Musulmans. Le geste de se dépouiller de son vêtement et de se ceindre le dos est l’attitude typique du serviteur au travail, c’est tout simplement pour se donner plus de facilité dans les gestes. Certains exégètes verront dans ce geste le dépouillement de Jésus devant la croix, l’anticipation de sa nudité…

Il y a dans cette scènes deux points qui ne collent pas : cela se passe au milieu du repas et non avant, et c’est le maître lui-même qui s’y colle.

Pierre va réagir violemment car il n’est pas possible pour lui d’imaginer son maître abaissé à la tâche d’esclave sur ses propres pieds. Jésus n’expliquera pas son geste, il dira juste que c’est un geste nécessaire pour qui veut continuer à le fréquenter Jésus. Pierre tente alors de se rattraper en insistant sur le besoin de laver aussi la tête et les mains : il a cru que ce geste faisait partie d’un rituel de purification, comme certains le font avant la prière (voir le cas des musulmans). Et à cette proposition, Jésus répondra que ce n’est pas nécessaire. Pour lire entre les lignes, Jésus va d’abord expliquer que la séparation d’avec lui est nécessaire, qu’il faut faire le deuil de Jésus pour une vie durable avec le Christ. Il va expliquer ensuite que le service aux autres est plus efficace que les rites pour vivre avec Dieu, le salut par l’humilité plutôt que par la Torah.

La 2ème interprétation est donnée par Jésus lui-même, qui explique que la grandeur de sa souveraineté et de son autorité s’accomplit dans le service aux autres, et que s’il est capable de s’abaisser à le faire, alors ses disciples peuvent le faire aussi. C’est le rôle de l’exemple.

Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’en dire plus, je laisse le soin aux membres du clergé de développer des épitres enflammés sur les symboles potentiels qui pourraient éventuellement se trouver dans ce passage. Ce qu’il convient de retenir en revanche est la chose suivante : Jean a inclus la description de ce lavement de pied (imaginaire ou pas) au début de la passion du Christ, et le rappel de la trahison de Judas qui vient juste après au v.18 le prouve, le lavement des pieds se situe juste avant la croix. Il y a bien entendu un parallèle entre l’exécution de Jésus et le sacrifice de l’agneau pascal de la religion juive ; au passage des animaux par la piscine de Bethesda (on se souvient de la guérison du paralysé) avant la porte des brebis correspond bien entendu ce lavement des pieds. Mais au-delà de cette construction littéraire, Jean nous dit que ce qui va se passer dans les heures qui viennent, Jésus le fera par amour. Et c’est ce message d’amour pour les autres, pour le plus petits, que Jésus entend bien laisser à ses disciples comme héritage à perpétuer.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
22232425262728
293031    
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.