Le verbe de Noël

Jn 1, 1-18
décembre 25, 2022

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu.

Il était au commencement tourné vers Dieu. Tout fut par lui, et rien de ce qui fut, ne fut sans lui.

En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes, et la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point comprise.

Il y eut un homme, envoyé de Dieu : son nom était Jean. Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui. Il n’était pas la lumière, mais il devait rendre témoignage à la lumière.

Le Verbe était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, illumine tout homme.

Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l’a pas reconnu. Il est venu dans son propre bien, et les siens ne l’ont pas accueilli.

Mais à ceux qui l’ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. Ceux-là ne sont pas nés du sang, ni d’un vouloir de chair, ni d’un vouloir d’homme, mais de Dieu.

Et le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père.

Jean lui rend témoignage et proclame : « Voici celui dont j’ai dit : après moi vient un homme qui m’a devancé, parce que, avant moi, il était. » De sa plénitude en effet, tous, nous avons reçu, et grâce sur grâce.

Si la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

Personne n’a jamais vu Dieu ; Dieu Fils unique, qui est dans le sein du Père, nous l’a dévoilé.

Commentaire

Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu.

Au commencement, comme les premiers mots de la Genèse : « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. » Le verbe, Logos en grec, la parole, mais plus encore que la parole. On considère que le fils est l’expression parfaite du Père, l’image de Dieu invisible. C’est un vocabulaire de la littérature de la sagesse dans le monde de la chrétienté grecque.

1,2 Il était au commencement tourné vers Dieu.

Le Fils, le Verbe, était auprès de Dieu avant de venir sur terre.

1,3 Tout fut par lui, et rien de ce qui fut, ne fut sans lui.

Dans la Genèse, on entend la parole de Dieu au cours de la création. Gn 1.3 « et Dieu dit : que la lumière soit, et la lumière fut »

1,4 En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes,

On ne peut concevoir une vie pleine et réussie sans la participation de Dieu, et il est impossible pour l’homme de réussir sa vie s’il ne regarde pas Dieu comme un but à atteindre.

1,5 et la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point comprise.

La création par Dieu n’a pas toujours été comprise par les hommes, et surtout pas par les Grecs.

1,6 Il y eut un homme, envoyé de Dieu : son nom était Jean.

Jean l’évangéliste nous présente Jean le Baptiste

1,7 Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui.

Dès Jean Baptiste, la mission est universelle.

1,8 Il n'était pas la lumière, mais il devait rendre témoignage à la lumière.

Et comme nous avons vu, il met en valeur la différence de nature entre les deux personnages

1,9 Le Verbe était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, illumine tout homme.

Nous voici dès le départ avec une notion d’universalisme, Dieu veut éclairer tous les hommes et pas que certains.

1,10 Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l'a pas reconnu.

En effet, beaucoup n’ont pas reconnu la nature divine de Jésus

1,11 Il est venu dans son propre bien, et les siens ne l'ont pas accueilli.

Israël présenté ici comme le bien de Dieu ; les juifs n’ont pas accueilli Jésus.

1,12 Mais à ceux qui l'ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu.

Ceux qui ont cru, le salut par la foi.

1,13 Ceux-là ne sont pas nés du sang, ni d'un vouloir de chair, ni d'un vouloir d'homme, mais de Dieu.

Personne n’est certain de la traduction, si c’est bien du pluriel ou si c’est du singulier, auquel cas Jean parlerait de la naissance virginal de Jésus.

1,14 Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père.

Le mystère de l’incarnation, Dieu vient au milieu de l’humanité

1,15 Jean lui rend témoignage et proclame : « Voici celui dont j'ai dit : après moi vient un homme qui m'a devancé, parce que, avant moi, il était. »

Si Jésus est Dieu, alors Dieu était là avant Jean…

1,16 De sa plénitude en effet, tous, nous avons reçu, et grâce sur grâce.

La plus-value du passage de Dieu sur terre

1,17 Si la Loi fut donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

Un message important pour le monde juif qui ne croit qu’en la Torah

1,18 Personne n'a jamais vu Dieu ; Dieu Fils unique, qui est dans le sein du Père, nous l'a dévoilé.

La seule façon de connaître de Dieu, est de voir son fils, Jésus

 

Voilà ce qu’on appelle le Prologue de l’évangile de Jean, un texte hérité probablement de la liturgie ancienne de la région d’Ephèse, complété par l’évangéliste. Pas forcément facile, ce texte résume en fait tout l’évangile…ou presque.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.