Les cancans de Cana

Jn 2, 1-11
janvier 7, 2023

Or, le troisième jour, il y eut une noce à Cana de Galilée et la mère de Jésus était là.

Jésus lui aussi fut invité à la noce ainsi que ses disciples. Comme le vin manquait, la mère de Jésus lui dit : Ils n’ont pas de vin.

Mais Jésus lui répondit : Que me veux-tu, femme ? Mon heure n’est pas encore venue.

Sa mère dit aux serviteurs : Quoi qu’il vous dise, faites-le.

Il y avait là six jarres de pierre destinées aux purifications des Juifs ; elles contenaient chacune de deux à trois mesures. Jésus dit aux serviteurs : Remplissez d’eau ces jarres ; et ils les emplirent jusqu’au bord.

Jésus leur dit : Maintenant puisez et portez-en au maître du repas. Ils lui en portèrent, et il goûta l’eau devenue vin — il ne savait pas d’où il venait, à la différence des serviteurs qui avaient puisé l’eau —, aussi il s’adresse au marié et lui dit : Tout le monde offre d’abord le bon vin et, lorsque les convives sont gris, le moins bon ; mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant ! 

Tel fut, à Cana de Galilée, le commencement des signes de Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

Commentaire

Nous en parlions hier, jour de l’épiphanie ; voici donc les noces de Cana, un autre type d’épiphanie certes, mais chez Jean, c’est bien la première fois que Jésus nous montre un signe de sa divinité.

Cette fois-ci encore, le texte de Jean nous paraît limpide, mais nous allons voir que certains mots sont pleins de sens. Au chapitre 7, nous avions eu 3 fois la phrase « le lendemain… ». Cette fois-ci, nous avons dès le début les 3 jours, ceux de l’apparition de Dieu sur le mont Sinaï en Exode19.11, ceux de la passion aussi.

Une mécanique bien huilée de certains miracles : on demande à Jésus, celui-ci fait mine de refuser et enfin, le miracle se fait. Marie, dont Jean ne prononce jamais le nom, n’a rien demandé. Jésus a fait mine de refuser, signifiant que son temps (sa passion) n’était pas venu, et puis le nouveau vin est encore meilleur que le premier.

Les bacs des ablutions deviennent des citernes de vin : il faut bien entendu voir ici le passage de la religion juive et de ses purifications au rite des chrétiens, avec l’offrande du vin.

Un certain nombre de détails sont surprenants, le fait qu’un invité donne des ordres au personnel par exemple, un maître de cérémonie dans un mariage de campagne en Galilée, la description de la coutume de servir d’abord le bon vin que l’on ne retrouve nulle part ailleurs, et surement pas en milieu juif, le nombre des serviteurs et la taille des cuves…cela s’est-il vraiment passé ? Pour jean, ce n’est pas très important, seul le sens compte.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.