Les Sarments

Jn 15, 1-8
mai 10, 2023

Je suis la vraie vigne et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui, en moi, ne porte pas de fruit, il l’enlève, et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde, afin qu’il en porte davantage encore.

Déjà vous êtes émondés par la parole que je vous ai dite.

Demeurez en moi comme je demeure en vous ! De même que le sarment, s’il ne demeure sur la vigne, ne peut de lui-même porter du fruit, ainsi vous non plus si vous ne demeurez en moi.

Je suis la vigne, vous êtes les sarments : celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là portera du fruit en abondance car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.

Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors comme le sarment, il se dessèche, puis on les ramasse, on les jette au feu et ils brûlent. Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, vous demanderez ce que vous voudrez, et cela vous arrivera.

Ce qui glorifie mon Père, c’est que vous portiez du fruit en abondance et que vous soyez pour moi des disciples.

Commentaire

La vigne, tradition agricole de la Palestine ancienne, se retrouve un peu partout dans la bible :

Jérémie 2.21 « Moi, je t'avais plantée, vignoble de choix, tout entier en cépage franc. Comment as-tu dégénéré en vigne inconnue aux fruits infects ? »

Esaie 5.1 « Que je chante pour mon ami, le chant du bien-aimé et de sa vigne : Mon bien-aimé avait une vigne sur un coteau plantureux…Il en attendait de beaux raisins, il n'en eut que de mauvais. Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n'ai fait ? J'en attendais de beaux raisins, pourquoi en a-t-elle produit de mauvais ? La vigne du SEIGNEUR, le tout-puissant, c'est la maison d'Israël, et les gens de Juda sont le plant qu'il chérissait. Il en attendait le droit, et c'est l'injustice. Il en attendait la justice, et il ne trouve que les cris des malheureux. »

Mais aussi dans le Psaume 80.9 « La vigne que tu as retirée d'Egypte, tu l'as replantée en chassant des nations »

On comprend bien que la vigne vue par Jean est légèrement différente de celle de l’Ancien Testament : la vigne devient Jésus alors qu’elle était le peuple d’Israël, les croyants sont maintenant les sarments ; on retrouve bien en revanche l’idée du bon et du mauvais, le bon sarment devant être tonifié (émondé) pour donner encore plus de fruit, le mauvais sarment, le croyant infidèle, devant être brûlé.

Dans ce 2ème discours d’adieu, on retrouve bien la notion d’attachement du disciple à son maître : un disciple qui s’éloignerait de Jésus devient de facto un disciple inutile. Il y a là un point important pour la vie de l’église : une église qui oublierait son maître, une église qui oublierait Jésus deviendrait rapidement inutile. On retrouve la réciprocité père/fils dans le lien fils/disciples.

Et puis on découvre l’ouverture sur la prière, une prière qui ne peut s’envisager qu’au sein de la relation avec le Fils.

L’ultime objectif est de glorifier le Père, cad de montrer le Père dans sa nature divine, et cela se fera si les disciples sont en effet porteurs de fruit, d’exemple, et que si l’église reste soudée autour de Jésus.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
     12
17181920212223
24252627282930
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.