L’onction à Béthanie

Jn 12, 1-11
mars 25, 2024

Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie où se trouvait Lazare qu’il avait relevé d’entre les morts. On y offrit un dîner en son honneur : Marthe servait tandis que Lazare se trouvait parmi les convives.

Marie prit alors une livre d’un parfum de nard pur de grand prix ; elle oignit les pieds de Jésus, les essuya avec ses cheveux et la maison fut remplie de ce parfum.

Alors Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui-là même qui allait le livrer, dit :  « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers, pour les donner aux pauvres ? » Il parla ainsi, non qu’il eût souci des pauvres, mais parce qu’il était voleur et que, chargé de la bourse, il dérobait ce qu’on y déposait.

Jésus dit alors : « Laisse-la ! Elle observe cet usage en vue de mon ensevelissement. Des pauvres, vous en avez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’avez pas pour toujours. »

Cependant une grande foule de Juifs avaient appris que Jésus était là, et ils arrivèrent non seulement à cause de Jésus lui-même, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait relevé d’entre les morts.

Les grands prêtres dès lors décidèrent de faire mourir aussi Lazare, puisque c’était à cause de lui qu’un grand nombre de Juifs les quittaient et croyaient en Jésus.

Commentaire

L’onction de Jésus par une femme nous est contée dans les 4 évangiles, ce qui devrait nous incliner à croire que cela s’est vraiment passé ; en fait, il y a avait la coutume de verser du parfum sur la tête des visiteurs importants, et de leur laver les pieds. Chaque évangéliste raconte son histoire : Pour Marc et pour Matthieu, il s’agit d’une femme qui met du parfum sur la tête de Jésus ; pour Luc, c’est une pécheresse, une femme de mauvaise vie, qui baigne les pieds de Jésus de ses larmes, pour ensuite les essuyer de ses cheveux et enfin les oindre de parfum. Certains ont cru voir chez Luc l’ombre de Marie-Madeleine…Chez Jean, la femme est Marie, la sœur de Marthe et de Lazare.

Jean a bâti ce passage à la suite de la résurrection de Lazare, et nous retrouvons dans ce passage toutes les caractéristiques de cette famille amie du Christ : de nombreux juifs sont venus pour vérifier que Lazare est effectivement revenu à la vie et qu’il n’est pas mort depuis. On se souvient du commentaire de Marthe la factuelle sur l’odeur putride de Lazare au tombeau : Et bien ici, c’est une bonne odeur qui rentre dans la maison. On se souvient de Marie qui restait assise aux pieds de Jésus alors que sa sœur préparait le repas ; ici cela continue, elle ne fait que montrer humilité, respect, ainsi qu’un amour sans limite, alors que Marthe sert à table.

Judas apparait pour la première fois : Jean nous le décrit comme un personnage faux et cupide, qui va bien avec ce qu’il fera ensuite.

L’idée de ce passage comme l’a pensé Jean est de nous préparer à la croix : le Judas qui rôde et l’onction exagérée des pieds qui nous fait penser à un rite funéraire.

On ne peut que s’amuser d’un détail du texte : Jean nous dit qu’il y aura toujours des pauvres et qu’il est important que chacun revoie ses priorités. Devant l’imminence de la mort, il faut savoir choisir et ne pas négliger l’expression de ses sentiments.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
15161718192021
22232425262728
2930     
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.