Maintenant c’est l’heure !

Jn 12, 20-37
mars 17, 2024

Il y avait quelques Grecs qui étaient montés pour adorer à l’occasion de la fête. Ils s’adressèrent à Philippe qui était de Bethsaïda de Galilée et ils lui firent cette demande : « Seigneur, nous voudrions voir Jésus. » Philippe alla le dire à André, et ensemble ils le dirent à Jésus.

Jésus leur répondit en ces termes : « Elle est venue, l’heure où le Fils de l’homme doit être glorifié.

En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul ; si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance. Celui qui aime sa vie la perd, et celui qui cesse de s’y attacher en ce monde la gardera pour la vie éternelle.

Si quelqu’un veut me servir, qu’il se mette à ma suite, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera.

 « Maintenant mon âme est troublée, et que dirai-je ? Père, sauve-moi de cette heure ? Mais c’est précisément pour cette heure que je suis venu. Père, glorifie ton nom. »

Alors, une voix vint du ciel : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. »

La foule qui se trouvait là et qui avait entendu disait que c’était le tonnerre ; d’autres disaient qu’un ange lui avait parlé.

Jésus reprit la parole : « Ce n’est pas pour moi que cette voix a retenti, mais bien pour vous. C’est maintenant le jugement de ce monde, maintenant le prince de ce monde va être jeté dehors. Pour moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. »

Par ces paroles il indiquait de quelle mort il allait mourir.

La foule lui répondit : « Nous avons appris par la Loi que le Christ doit rester à jamais. Comment peux-tu dire qu’il faut que le Fils de l’homme soit élevé ? Qui est-il, ce Fils de l’homme ? »

Jésus leur répondit : « La lumière est encore parmi vous pour un peu de temps. Marchez pendant que vous avez la lumière, pour que les ténèbres ne s’emparent pas de vous : car celui qui marche dans les ténèbres ne sait où il va. Pendant que vous avez la lumière croyez en la lumière, pour devenir des fils de lumière. » Après leur avoir ainsi parlé, Jésus se retira et se cacha d’eux.

Quoiqu’il eût opéré devant eux tant de signes, ils ne croyaient pas en lui.

Commentaire

Le chapitre 12 est la charnière entre la vie publique de Jésus et son dernier séjour à Jérusalem. Il a commencé avec l’onction à Béthanie, puis l’entrée à Jérusalem. Les Grecs dont on parle sont probablement des prosélytes ou des craignant-dieu qui viennent en pèlerinage et sont intéressés par rencontrer Jésus ; Philippe et André leur servent d’intermédiaire.

La réponse de Jésus n’en est pas une : elle est la déclaration de l’heure. Celui qui a passé les 12 premiers chapitres de ce livre à expliquer que son heure n’était pas encore venue, celui-là même nous dit : Voilà, il est l’heure ! Dans l’évangile de Jean, on comprend bien que la déclaration de l’heure de la croix a une importance énorme. On trouve dès le début le lien entre la croix et la gloire.

Jean vient nous mettre ici le passage sur le grain qui tombe en terre largement utilisé par ses collègues évangélistes pour illustrer la fécondité de sa parole ; il en transforme grandement le sens puisqu’il l’utilise pour expliquer que c’est sa mort qui vient qui va donner la vie à tant d’autres. Il va en profiter aussi pour alerter ses disciples sur leur identité de destin qui va les conduire à être honorés par le Père.

Les versets 27 et 28, que l’on pense avoir été ajoutés au moment de la rédaction finale de l’évangile, sont presque une réponse à la prière de Gethsémani contée par les trois autres évangélistes : peut-être vous souvenez-vous de cette prière solitaire de Jésus qui implore son père « d’écarter cette coupe », tout en disant à la fin « on fera comme tu veux, pas comme moi je veux ». Ici Jésus, connaissant lui aussi l’angoisse de l’heure, va presque insister auprès de son père pour que leur plan commun se réalise comme prévu, à l’heure prévue.

La voix du Père qui s’adresse au peuple, le malentendu avec le bruit du tonnerre…Le jugement tel qu’expliqué par Jésus va être l’expulsion de Satan (le prince du monde) et le salut de tous les hommes. La croix de Jésus est faite pour le salut de tous, en tout cas de tous ceux qui croient.

Un dernier malentendu va reposer sur la présence ou l’élévation du Christ. Un certain nombre de textes, en particulier le Psaume 89.37 assure que le Messie qui vient demeurera au milieu du peuple pour toujours…Jean conclura sur le thème habituel de la lumière du monde.

Le dernier verset est une introduction à la conclusion du livre des signes : l’activité révélatrice de Jésus sur la terre est un échec.

Récapitulons les principaux points de ce livre : Le fils n’est que l’ouvrier du Père, la croix domine tout l’évangile de Jean, Jésus est venu non pour juger, mais pour sauver le monde, il suffit de croire qu’il est le fils de Dieu et d’écouter sa parole pour que l’on ait accès à la vie éternelle, et ce dès maintenant.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
15161718192021
22232425262728
2930     
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.