Moi je ne peux rien faire de moi-même

Jn 5, 17-30
mars 30, 2022

Mais Jésus leur répondit : « Mon Père, jusqu’à présent, est à l’œuvre et moi aussi je suis à l’œuvre. »

Dès lors, les Juifs n’en cherchaient que davantage à le faire périr, car non seulement il violait le sabbat, mais encore il appelait Dieu son propre Père, se faisant ainsi l’égal de Dieu.

Jésus reprit la parole et leur dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, mais seulement ce qu’il voit faire au Père : car ce que fait le Père, le Fils le fait pareillement.

C’est que le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu’il fait ; il lui montrera des œuvres plus grandes encore, de sorte que vous serez dans l’étonnement.

Comme le Père, en effet, relève les morts et les fait vivre, le Fils lui aussi fait vivre qui il veut.

Le Père ne juge personne, il a remis tout jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils, n’honore pas non plus le Père qui l’a envoyé.

En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et croit en celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle ; il ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.

En vérité, en vérité, je vous le dis, l’heure vient — et maintenant elle est là — où les morts entendront la voix du Fils de Dieu et ceux qui l’auront entendue vivront.

Car, comme le Père possède la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils de posséder la vie en lui-même ; il lui a donné le pouvoir d’exercer le jugement parce qu’il est le Fils de l’homme.

Que tout ceci ne vous étonne plus ! L’heure vient où tous ceux qui gisent dans les tombeaux entendront sa voix, et ceux qui auront fait le bien en sortiront pour la résurrection qui mène à la vie ; ceux qui auront pratiqué le mal, pour la résurrection qui mène au jugement.

Moi, je ne puis rien faire de moi-même : je juge selon ce que j’entends et mon jugement est juste parce que je ne cherche pas ma propre volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé.

Commentaire

Voici un bel exemple d’un passage de Jean ! On comprend bien que par rapport aux 3 autres évangélistes, Jean ne nous raconte pas l’histoire de Jésus, mais qu’il nous enseigne ce que veut dire le passage de Jésus parmi nous. N’oublions pas que cet évangile a été écrit après les épitres de Paul et qu’il s’agit bien plus d’une réflexion que de l’exposé de faits ou un véritable discours. Pour sortir de ce qui peut nous paraître un flux de paroles assez confuses, il nous faut sortir du texte les idées principales :

Il y a une interconnexion complète entre le Père et le Fils, Jésus n’a aucune indépendance, l’agir de l’un est en syntonie avec l’agir de l’autre.

Le Père sait plus que le Fils, il peut faire plus et va le montrer : ce sera la résurrection. Tout le pouvoir du Fils lui a été donné par le Père.

Celui qui écoute la Parole et qui croit sera sauvé, sans avoir à subir le jugement dernier. Le Fils a le pouvoir de juger, dès maintenant, et ceux qui sont déjà morts seront aussi jugés par le Fils, en fonction de ce qu’ils auront fait pendant leur vie.

En résumé, ceux qui croient ne seront pas jugés et passeront directement à la vie éternelle. C’est leur foi qui les sauve. Ceux qui n’auront pas écouté l’évangile, ou n’auront pas cru, cela seront jugés en fonction de leurs œuvres.

Voilà qui a le mérite de nous éclairer sur le fonctionnement de la sélection. Et qui est une première approche de la Trinité dans laquelle pour l’instant, les rôles du Père et du Fils sont assez bien identifiés.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.