Panne de lance-pierre

Jn 8, 1-11
mars 27, 2023

Et Jésus gagna le mont des Oliviers.

Dès le point du jour, il revint au temple et, comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner. Les scribes et les Pharisiens amenèrent alors une femme qu’on avait surprise en adultère et ils la placèrent au milieu du groupe.

« Maître, lui dirent-ils, cette femme a été prise en flagrant délit d’adultère. Dans la Loi, Moïse nous a prescrit de lapider ces femmes-là. Et toi, qu’en dis-tu ? »

Ils parlaient ainsi dans l’intention de lui tendre un piège, pour avoir de quoi l’accuser. Mais Jésus, se baissant, se mit à tracer du doigt des traits sur le sol. Comme ils continuaient à lui poser des questions, Jésus se redressa et leur dit : « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. »

Et s’inclinant à nouveau, il se remit à tracer des traits sur le sol. Après avoir entendu ces paroles, ils se retirèrent l’un après l’autre, à commencer par les plus âgés, et Jésus resta seul. Comme la femme était toujours là, au milieu du cercle,

Jésus se redressa et lui dit : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? » Elle répondit : « Personne, Seigneur », et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas : va, et désormais ne pèche plus. »

Commentaire

Il convient de savoir que cet épisode ne faisait pas partie des première versions de l’évangile de Jean, on pense qu’il vient de Luc et qu’il a été ajouté assez tard, au 2ème siècle peut-être. Le chapitre 8 parle beaucoup de jugement, de péché et de pardon.

Les pharisiens essaient de tendre un piège à Jésus : est-il du côté de la Loi ou du côté des pauvres ? Ils veulent absolument que Jésus se dévoile. Ils ne sont pas de bonne foi, au sens propre comme au sens figuré : la loi sur l’adultère est claire en deutéronome 22.22 et en Lévitique 20.10. Or, il y a plusieurs vices de forme dans ce procès (sans parler des formes de vice) : cela se passe au temple et non aux portes de la ville, seule la femme comparaît (alors que la Loi exige la lapidation des deux participants), aucun témoin n’est présent. Or dans l’esprit de la loi juive, ce qui est reproché à la femme est de ne pas crier pour alerter de ce qui se passe : c’est pour cela qui si cela se passe dans les champs où personne ne peut entendre de cris, seul l’homme sera lapidé. Et dans le cas d’une lapidation, c’est le témoin de l’acte qui doit lancer la première pierre (Dt 17,5-7) ! Ce que Jésus détourne un peu, pour revenir à l’esprit initial de la Loi. Comme il n’y a aucun témoin de l’adultère dans l’assemblée, personne ne peut jeter la première pierre, et le lecteur peut comprendre qu’ils étaient tous pécheurs (ce sont d’ailleurs les vieux qui partent en premier).

On a beaucoup réfléchi pour savoir ce que Jésus pouvait bien écrire sur le sol : on n’en sait rien, et il faut probablement voir dans cette attitude une volonté afficher de ne pas regarder la femme, et de se détourner du sujet. Aujourd’hui il regarderait son portable.

Les pharisiens se retrouvent coincés : Jésus n’a pas renié la Loi. Et comme nous l’avons déjà vu, l’esprit du pardon de Jésus est plutôt le « laisser-passer » que la punition à tout prix.

Ce que l’on retrouve en Ezéchiel 18.23 « Est-ce que vraiment je prendrais plaisir à la mort du méchant »

Le conseil de Jésus est clair : « va et ne pèche plus ». Il donnera le même conseil au paralytique…

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
  12345
20212223242526
2728293031  
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.