Une goutte de Guerlain

Jn 12, 1-11
avril 3, 2023

Six jours avant la Pâque, Jésus arriva à Béthanie où se trouvait Lazare qu’il avait relevé d’entre les morts. On y offrit un dîner en son honneur : Marthe servait tandis que Lazare se trouvait parmi les convives.

Marie prit alors une livre d’un parfum de nard pur de grand prix ; elle oignit les pieds de Jésus, les essuya avec ses cheveux et la maison fut remplie de ce parfum. Alors Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui-là même qui allait le livrer, dit :

« Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers, pour les donner aux pauvres ? » Il parla ainsi, non qu’il eût souci des pauvres, mais parce qu’il était voleur et que, chargé de la bourse, il dérobait ce qu’on y déposait.

Jésus dit alors : Laisse-la ! Elle observe cet usage en vue de mon ensevelissement. Des pauvres, vous en avez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’avez pas pour toujours.

Cependant une grande foule de Juifs avaient appris que Jésus était là, et ils arrivèrent non seulement à cause de Jésus lui-même, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait relevé d’entre les morts.

Les grands prêtres dès lors décidèrent de faire mourir aussi Lazare, puisque c’était à cause de lui qu’un grand nombre de Juifs les quittaient et croyaient en Jésus.

Commentaire

Ce retour à Béthanie permet à Jean de valider que Lazare est effectivement vivant et plutôt en forme puisqu’il va participer à ce banquet. On retrouve aussi Marthe l’affairée et Marie la contemplatrice. Nous sommes en fait sur la route de ce qui sera le dernier voyage de Jésus vers Jérusalem. Il s’agit d’un texte assez proche de Marc14, mais qui a aussi des points communs avec Luc 10. Tous les mots sont pesés et ont un sens :

L’attitude de Marie est des plus surprenantes : la coutume en effet est que les femmes ne déroulent pas leur cheveux en présence d’étrangers, et elle est d’asperger la tête et non les pieds du visiteur. Ici Jean insiste bien sur la posture d’amour et d’humilité de Marie : elle réserve à Jésus un traitement de roi, or on sait que cette idée royale parcourt la passion. Ici c’est marie qui lave les pieds de Jésus, bientôt ce sera Jésus qui lavera les pieds de ses disciples.

Il y a une première attaque en direction de Judas : Jean veut montrer que Judas est un être pervers depuis longtemps, et qu’il ne faudra pas s’étonner de sa dénonciation future. Judas est un être faux, qui va jusqu’à faire des commentaires trompeurs sur l’aide aux pauvres alors qu’on sait bien que Judas le trésorier n’hésite pas à s’en mettre plein les poches.

Le geste de Marie anticipe la passion prochaine, c’est en tout cas ce que déduit Jésus, On se souvient du commentaire de Marthe sur l’odeur de putréfaction au tombeau de Lazare : pour Jean, Lazare sentait la mort et Jésus sent la vie.

Il ne faudrait pas déduire de ce passage que Jésus se fout des pauvres ! Il montre en revanche un sens aigu de l’urgence et des priorités.

St Augustin sur ce texte : « votre superflu, même s’il vous est inutile, est nécessaire aux pieds du Seigneur ». Belle formule, n’est-ce pas ?

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
15161718192021
22232425262728
293031    
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.