Chérie, on a perdu le gosse !

Lc 2, 41-51
mars 19, 2024

Ses parents allaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque.

Quand il eut douze ans, comme ils y étaient montés suivant la coutume de la fête et qu’à la fin des jours de fête ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem sans que ses parents s’en aperçoivent.

Pensant qu’il était avec leurs compagnons de route, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances. Ne l’ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem en le cherchant.

C’est au bout de trois jours qu’ils le retrouvèrent dans le temple, assis au milieu des maîtres, à les écouter et les interroger. Tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur l’intelligence de ses réponses.

En le voyant, ils furent frappés d’étonnement et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Vois, ton père et moi, nous te cherchons tout angoissés. »

Il leur dit : « Pourquoi donc me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? »

Mais eux ne comprirent pas ce qu’il leur disait. Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth ; il leur était soumis ; et sa mère retenait tous ces événements dans son cœur.

Commentaire

L’Eglise fête aujourd’hui la St. Joseph, une fête mise en place en 1621 par le pape Grégoire XV ; on aurait pu choisir Matthieu 1, 18-21, avec l’annonce à Joseph, mais j’ai plutôt choisi Luc. On se souvient que seuls Matthieu et Luc ont fait le choix d’écrire sur la jeunesse ou sur l’enfance de Jésus, ni Marc ni Jean ne s’y sont aventurés. C’est probablement pour répondre aux questions que se posaient les chrétiens de leur temps (années 80) que tous les deux ont repris un certain nombre de traditions anciennes et les  ont rédigées de manière à les incorporer dans leurs évangiles. L’aspect historique est donc à prendre avec des pincettes…

Perdre son gamin sur la route, mettre trois jours pour le trouver et découvrir du jour au lendemain le caractère génial du gosse a bien sûr un côté invraisemblable, c’est pourquoi il ne faut pas trop s’attacher aux détails et se préoccuper plutôt de la raison pour laquelle Luc, qui est supposé être un auteur sérieux, ajoute ce passage à son texte.

N’oublions pas que nous sommes en pleine guerre entre juifs et chrétiens, et les jeunes communautés sont critiquées en permanence par les juifs qui tentent de leur démontrer que leur foi ne tient pas la route, et qu’ils n’ont donc rien à faire dans les synagogues. Un des aspects de la vie de Jésus qu’on leur jette en permanence au visage est le fait qu’il est absolument impossible que le messie de Dieu, roi du peuple juif, supposé venir juger les vivants et les morts sur un trône de gloire, et bien il est tout simplement impossible qu’il soit venu sur terre dans la famille d’un petit charpentier de Nazareth. Le rôle de Luc va être de fournir à ses chrétiens des argument pour répondre à ce genre d’attaque en légitimité.

Luc va donc mettre en place l’ascendance davidique de Joseph, la naissance à Bethléem dont l’existence est bien documentée dans l’Ancien Testament (le tombeau de Rachel, la naissance de Booz, la ville du Roi David), et puis il va faire ce tableau du fils plein de sagesse. En effet, des enfants remplis de sagesse précoce, il y en a plein la littérature grecque (Alexandre, Cyrus, Epicure…) comme la littérature juive (Salomon, Daniel, Samuel). D’ailleurs en parlant de Salomon, il faut bien se rendre compte qu’il n’y a jamais eu de synagogue dans l’enceinte du Temple, alors où les gens se rassemblaient-ils pour discuter les textes ? Eh bien justement, sous la porte de Salomon. Alors voilà, après ce passage, on comprend bien que peut-être Jésus est fils de charpentier, mais quand même, ça ne l’empêche pas d’avoir l’étoffe d’un héros.

L’autre aspect qui me paraît intéressant est le fait que chez Luc, dès l’adolescence Jésus prend conscience de sa nature divine ; c’est peut-être moins marqué que chez Jean (au début était le Verbe), mais c’est quand même très rapidement que Jésus prend conscience de son père divin. A cette nature divine correspond les 3 jours de recherche invoqués par Luc, les 3 jours qui précèdent les théophanies (l’apparition de Dieu) ; on pourrait presque simplifier en se disant que les parents ont amené un enfant au Temple et qu’ils en repartent avec un autre !

Alors Joseph dans tout cela ?

Luc va rétablir aussitôt la situation en refermant bien vite la fenêtre de la divinité de Jésus pour bien montrer que Joseph a repris la situation en main et que l’enfant Jésus lui obéit encore.

Quant à Marie, elle n’est pas dupe.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
22232425262728
293031    
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.