Jésus et le vieux Syméon

Lc 2, 22-35
décembre 29, 2021

Puis quand vint le jour où, suivant la loi de Moïse, ils devaient être purifiés, ils l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur — ainsi qu’il est écrit dans la loi du Seigneur : Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur — et pour offrir en sacrifice, suivant ce qui est dit dans la loi du Seigneur, un couple de tourterelles ou deux petits pigeons.

Or, il y avait à Jérusalem un homme du nom de Syméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d’Israël et l’Esprit Saint était sur lui. Il lui avait été révélé par l’Esprit Saint qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur.

Il vint alors au temple poussé par l’Esprit ; et quand les parents de l’enfant Jésus l’amenèrent pour faire ce que la Loi prescrivait à son sujet, il le prit dans ses bras et il bénit Dieu en ces termes :

« Maintenant, Maître, c’est en paix, comme tu l’as dit, que tu renvoies ton serviteur. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé face à tous les peuples : lumière pour la révélation aux païens et gloire d’Israël ton peuple. »

Le père et la mère de l’enfant étaient étonnés de ce qu’on disait de lui.

Syméon les bénit et dit à Marie sa mère : « Il est là pour la chute ou le relèvement de beaucoup en Israël et pour être un signe contesté et toi-même, un glaive te transpercera l’âme ; ainsi seront dévoilés les débats de bien des cœurs. »

Commentaire

Première visite au temple pour Jésus, qui en fera plus d’une contrairement à Jean-Baptiste qui fut annoncé au temple mais n’y viendra jamais. A cette présentation nous rencontrerons Syméon aujourd’hui, Anne demain.

Syméon est un vieillard (aveugle ?) que Dieu a condamné à rester en vie jusqu’à ce qu’il voit le messie, une sorte de veilleur ; c’est l’Esprit qui l’aurait appelé au temple alors que la famille de Jésus s’y trouvait. Luc en profite pour nous dire que Joseph respectait bien la loi juive (lévitique) et qu’il était pauvre car il ne paie qu’une petite offrande.

Et puis survient ce vieillard qui prend Jésus dans ses bras et qui se met à chanter son fameux cantique (le troisième poème de Luc après le Magnificat et le cantique de Zacharie). Il prophétise la venue du Salut par ce bébé, l’universalisme de ce salut (pas que pour Israël), puis il annonce la vie mouvementée de Jésus comme la future douleur de Marie sa mère.

Il est intéressant de noter que dans ce passage imaginaire, Luc ne fait pas prévoir l’énormité de la résurrection à Syméon, qui s’arrête â la croix.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.