La meilleure part du gâteau

Lc 10, 38-42
octobre 4, 2022

Comme ils étaient en route, il entra dans un village et une femme du nom de Marthe le reçut dans sa maison. Elle avait une sœur nommée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.

Marthe s’affairait à un service compliqué. Elle survint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissée seule à faire le service ? Dis-lui donc de m’aider. »

Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. C’est bien Marie qui a choisi la meilleure part ; elle ne lui sera pas enlevée. » 

Commentaire

Nous avons lu ce passage le 17 juillet dernier, merci de retrouver mon commentaire sur www.jesusfacile.com; nous y avons parlé d’action et de contemplation.

Cette histoire de Marthe et Marie, les deux sœurs du Lazard de l’évangile de Jean, est encore une façon que trouve Luc de nous remettre à notre place. En relisant ce passage, on se rend compte que ce n’est pas la question du service qui est en cause, même s’il est facile de tirer comme conclusion que l’écoute est plus importante que le service. Non, le mot clef c’est « compliqué ». Pourquoi Marthe choisit-elle de faire un service compliqué ? Tout simplement parce que c’est une manière protocolaire de démontrer l’importance que l’on attache au visiteur. Ce que nous dit Luc concernant Jésus, est que plutôt d’organiser une réception digne de sa grandeur, il serait plus utile de lui accorder de l’attention, et toute l’attention qu’il mérite.

Nous sommes dans la même veine que l’histoire du bon Samaritain : il est le seul avoir donné l’attention nécessaire au pauvre type qui s’est fait amocher sur la route ; le prêtre et le Lévite sont passés dans toute leur morve ecclésiale en ne donnant aucune attention à celui qui en avait besoin. Et c’est ce qui risque de nous arriver si nous nous complaisons facilement dans le faste des grandes cérémonies religieuses, si on donne plus d’importance à la forme qu’au fond. C’est ce qui parfois m’agace dans la liturgie des fêtes, c’est qu’à grands renforts de chants, d’orgues, d’encensoir, d’habits et de cérémonial, on en arrive à oublier le principal, cad le message de Jésus.

Donc notre ami Luc qui bouffe facilement du riche bouffe aussi du prélat et s’attaque volontiers à notre désir de décorum. Clairement Luc apprécie la simplicité.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.