La misère et le superflu

Lc 21, 1-4
novembre 21, 2022

Levant les yeux, Jésus vit ceux qui mettaient leurs offrandes dans le tronc. C’étaient des riches.

Il vit aussi une veuve misérable qui y mettait deux petites pièces, et il dit : « Vraiment, je vous le déclare, cette veuve pauvre a mis plus que tous les autres.

Car tous ceux-là ont pris sur leur superflu pour mettre dans les offrandes ; mais elle, elle a pris sur sa misère pour mettre tout ce qu’elle avait pour vivre. »

Commentaire

Un passage que Luc a repris de Marc probablement, pour montrer à quel point une pauvre veuve peut se montrer beaucoup plus méritante que de riches bourgeois…certes on trouve sympathique l’idée de l’honnête intention des petites choses, mais je crains que les piécettes ne suffisent à résoudre les problèmes financiers de certaines paroisses. Jésus parle à un public accroupi sur le sol qui regarde passer un bon nombre de juifs devant le tronc et qui, volontairement ou non, écoutent tomber les pièces en les comptant…et bien entendu, on ne peut s’empêcher de comparer. Et c’est ici qu’intervient notre Luc des pauvres pour fustiger l’ostentation de certains et rééquilibrer la balance de l’audimat.

Jérémie 17.10 « Moi le Seigneur, qui scrute les pensées, examine les sentiments, et rétribue chacun d’après sa conduite… »

On parle des troncs du temple dans le 2ème livre des Rois, en 12.9, au temps du roi Joas (-800). Il était prévu à l’époque que les prêtres gardaient toutes les offrandes apportées au temple, mais qu’ils devaient s’occuper de l’entretien des bâtiments. Et comme par hasard, l’entretien n’était pas fait, par manque de moyens. On a donc décidé que l’argent destiné aux sacrifices irait aux prêtres et qu’on installerait des troncs spécifiques pour que les gens donnent pour l’entretien du temple. Un certain nombre de ces troncs étaient situés dans la cour des femmes qui jouxtait le trésor du temple.

2R12.9 « le prêtre Yehoyada prit un tronc, perça un trou dans le couvercle et le plaça à côté de l’autel, sur la droite…les prêtres gardiens du seuil y déposaient tout l’argent qu’on apportait à la maison du Seigneur ». Quand les troncs étaient pleins, on comptait l’argent et on « donnait ces sommes aux entrepreneurs des travaux qui les utilisaient pour réparer la maison du Seigneur »

Rappelons qu’en France, les églises appartiennent aux communes depuis le 02/11/1989, qui s’occupent de leur entretien.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.