La multiplication des poissons

Lc 9, 11b-17
juin 19, 2022

Jésus les accueillit ; il leur parlait du Règne de Dieu et il guérissait ceux qui en avaient besoin.

Mais le jour commença de baisser. Les Douze s’approchèrent et lui dirent : « Renvoie la foule ; qu’ils aillent loger dans les villages et les hameaux des environs et qu’ils y trouvent à manger, car nous sommes ici dans un endroit désert. »

Mais il leur dit : « Donnez-leur à manger vous-mêmes. » Alors ils dirent : « Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons… à moins d’aller nous-mêmes acheter des vivres pour tout ce peuple. »

Il y avait en effet environ cinq mille hommes. Il dit à ses disciples : « Faites-les s’installer par groupes d’une cinquantaine. » Ils firent ainsi et les installèrent tous.

Jésus prit les cinq pains et les deux poissons et, levant son regard vers le ciel, il prononça sur eux la bénédiction, les rompit, et il les donnait aux disciples pour les offrir à la foule. Ils mangèrent et furent tous rassasiés ; et l’on emporta ce qui leur restait des morceaux : douze paniers.

Commentaire

Nous avons lu au moins deux fois ce passage chez Marc 6,30-44, mas il existe aussi de manière très similaire en Matthieu 14,13-21. Vous pouvez lire mes commentaires du 4 janvier. Quelques points de détail : la cinquantaine est LE chiffre de l’organisation, on le trouve dans de nombreux documents de Qumran qui parlent de l’organisation de la communauté. « Ils les installèrent » au sens propre, cela veut dire « il les allongèrent » car à l’époque, on mangeait couché. La question du logement n’est abordée que par Luc, qui raisonne en grec.

Le poisson, ICHTUS en grec, est l’acronyme de « Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur », et il était un symbole codé entre chrétiens au moment de la persécution romaine. C’était un tag mural fameux qui indiquait la direction de la crypte aux chrétiens où allait avoir lieu le culte. Il fait bien entendu référence au baptême dans le Jourdain, et à la multiplication des pains ; il y aura en Matthieu 17, 24-27, un épisode fameux de poisson péché par Simon avec un pièce de monnaie dans la bouche pour payer l’impôt. St. Augustin parlera du « poisson, nom mystique du Sauveur, parce que lui seul a pu demeurer vivant, c’est-à-dire exempt de péché, au milieu des abîmes de notre mortalité, semblables aux profondeurs de la mer ».

On retrouve en fait cette question du partage de l’alimentation que nous avons abordé il y a deux jours avec Matthieu, « tout cela viendra en surcroît ». Ce passage est une magnifique allusion au fait qu’un petit peu peut devenir beaucoup avec l’aide de Dieu.

Il y a un adage ancien qui dit « qui ne compte pas sur Dieu ne sait pas compter »…

Magique !

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.