La naissance de Jésus

Lc 2, 1-20
décembre 25, 2023

Or, en ce temps-là, parut un décret de César Auguste pour faire recenser le monde entier. Ce premier recensement eut lieu à l’époque où Quirinus était gouverneur de Syrie. Tous allaient se faire recenser, chacun dans sa propre ville ; Joseph aussi monta de la ville de Nazareth en Galilée à la ville de David qui s’appelle Bethléem en Judée, parce qu’il était de la famille et de la descendance de David, pour se faire recenser avec Marie son épouse, qui était enceinte.

Or, pendant qu’ils étaient là, le jour où elle devait accoucher arriva ; elle accoucha de son fils premier-né, l’emmaillota et le déposa dans une mangeoire, parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle d’hôtes.

Il y avait dans le même pays des bergers qui vivaient aux champs et montaient la garde pendant la nuit auprès de leur troupeau. Un ange du Seigneur se présenta devant eux, la gloire du Seigneur les enveloppa de lumière et ils furent saisis d’une grande crainte.

L’ange leur dit : « Soyez sans crainte, car voici, je viens vous annoncer une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Il vous est né aujourd’hui, dans la ville de David, un Sauveur qui est le Christ Seigneur ; et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »

Tout à coup il y eut avec l’ange l’armée céleste en masse qui chantait les louanges de Dieu et disait : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix pour ses bien-aimés. »

Or, quand les anges les eurent quittés pour le ciel, les bergers se dirent entre eux : « Allons donc jusqu’à Bethléem et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. » Ils y allèrent en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la mangeoire.

Après avoir vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit au sujet de cet enfant. Et tous ceux qui les entendirent furent étonnés de ce que leur disaient les bergers.

Quant à Marie, elle retenait tous ces événements en en cherchant le sens.

Puis les bergers s’en retournèrent, chantant la gloire et les louanges de Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, en accord avec ce qui leur avait été annoncé.

Commentaire

Luc nous raconte la naissance de Jésus, comme s’il avait été sur place. Le récit est complètement imaginaire, il ne sert à rien de chercher des détails intéressants, il vaut mieux essayer de comprendre pourquoi il les aurait choisis.

Le premier point est le choix de Bethléem. Certes Matthieu dira la même chose, mais sans donner de détail ; or Luc au contraire, va chercher à nous expliquer le pourquoi de ce voyage assez peu croyable.

On nous dit qu’ils vivent à Nazareth. Or Nazareth n’est absolument pas connu, puisque Jean fait dire à Nathanael que rien ne peut venir de cet endroit. Même Luc, qui aime pourtant les choses simples, a du mal à faire naître Jésus dans un bled paumé.

Bethléem en revanche est un lieu fameux dans la bible :

Genèse 35.19 « Rachel mourut et fut enterrée sur la route d'Ephrata, c'est-à-dire Bethléem ».

Ruth 1.1 « Du coup un homme de Bethléem de Juda émigra dans la campagne de Moab, lui, sa femme et ses deux fils ». Il s’agit de la ville de Booz.

1 Samuel 16.1 « Le SEIGNEUR dit à Samuel : « Vas-tu longtemps pleurer Saül, alors que je l'ai moi-même rejeté, et qu'il n'est plus roi d'Israël ? Emplis ta corne d'huile et pars. Je t'envoie chez Jessé le Bethléémite, car j'ai vu parmi ses fils le roi qu'il me faut. » C’est du futur roi David que l’on parle.

Michée 5, 1 « Et toi, Bethléem Ephrata, trop petite pour compter parmi les clans de Juda, de toi sortira pour moi celui qui doit gouverner Israël. Ses origines remontent à l'antiquité, aux jours d'autrefois ».

Il fallait donc que Jésus naisse à Bethléem. Il fallait que Luc trouve une astuce pour faire bouger la famille, et cette astuce fut le recensement. Plusieurs problèmes :

  • Quirinus est arrivé en l’an 6
  • Il n’y a jamais eu de recensement global de l’empire, seulement quelques recensements partiels
  • Le recensement se fait dans la ville de résidence, jamais dans la ville d’origine
  • Comment Joseph savait-il que sa femme était enceinte ? Chez Matthieu, l’ange lui parle, mais pas chez Luc.
  • 150km pour un recensement que tout le peuple rejette ? (il y eut en effet plusieurs recensements partiels en Palestine aussi, mais les gens n’apprécient pas car ils vont devoir ensuite payer des impôts)

Bref, la crèche et le bébé emmailloté dans la mangeoire, l’image reste sympathique, même si on ne prend pas beaucoup de risques à affirmer que ce n’est qu’une image. Nous sommes certains que Jésus est né ce jour, mais où et de quelle manière, personne ne le sait. Luc connait ses classiques :

Ezéchiel 34.11 « Car ainsi parle le Seigneur DIEU : Je viens chercher moi-même mon troupeau pour en prendre soin ». Il y a une longue tradition de proximité entre Dieu qui vient et les bergers…

Esaïe 6.2 « Des séraphins se tenaient au-dessus de lui. Ils avaient chacun six ailes : deux pour se couvrir le visage, deux pour se couvrir les pieds et deux pour voler. Ils se criaient l'un à l'autre : « Saint, saint, saint, le SEIGNEUR, le tout-puissant, sa gloire remplit toute la terre ! ». Chez Esaïe, les anges et la gloire font souvent bon ménage.

Luc nous parle de deux sujets qui lui tiennent à cœur pour son évangile : Jésus vient sauver TOUT le peuple et la GLOIRE de Dieu se vit dans un abaissement et non sur un trône. Pour Luc, Dieu est proche de son peuple.

« Quant à Marie, elle retenait tous ces événements en en cherchant le sens ». Ce verset vaut peut-être la peine de s’y arrêter un instant ; on aura à peu près le même verset en 2.51 quand les parents retrouveront leur fils resté en arrière dans le temple pour parler avec les scribes. Luc nous suggère qu’en dépit du message de l’ange Gabriel (l’annonciation), Marie est surprise de ce que viennent raconter les bergers. On le serait à moins que cela, c’est vrai. Mais Marie va passer sa vie de mère à être surprise par son fils qui de toute évidence, n’a pas un comportement très standard : son choix de partir chez Jean-Baptiste, sa violence contre l’institution juive, elle n’en a pas fini de ne pas comprendre. Or ce que nous dit Luc est que lorsqu’elle ne comprends pas, Marie se mure dans le silence de son cœur pour méditer ce qui vient de se passer, et c’est là un point très spécifique.  Marie n’oublie pas, elle range ses incompréhensions dans sa mémoire et elle y réfléchit.

Luc nous présente donc Marie comme un exemple de foi qui médite. C’est amusant, car il semble que la piété populaire ait plutôt gardé d’elle l’image d’une femme qui accepte humblement et qui prie…

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
  12345
2728293031  
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.