La présentation au Temple

Lc 2, 22-40
décembre 31, 2023

Puis quand vint le jour où, suivant la loi de Moïse, ils devaient être purifiés, ils l’amenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur — ainsi qu’il est écrit dans la loi du Seigneur : Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur — et pour offrir en sacrifice, suivant ce qui est dit dans la loi du Seigneur, un couple de tourterelles ou deux petits pigeons.

Or, il y avait à Jérusalem un homme du nom de Syméon. Cet homme était juste et pieux, il attendait la consolation d’Israël et l’Esprit Saint était sur lui. Il lui avait été révélé par l’Esprit Saint qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ du Seigneur. Il vint alors au temple poussé par l’Esprit ; et quand les parents de l’enfant Jésus l’amenèrent pour faire ce que la Loi prescrivait à son sujet, il le prit dans ses bras et il bénit Dieu en ces termes :

« Maintenant, Maître, c’est en paix, comme tu l’as dit, que tu renvoies ton serviteur. Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé face à tous les peuples : lumière pour la révélation aux païens et gloire d’Israël ton peuple. »

Le père et la mère de l’enfant étaient étonnés de ce qu’on disait de lui. Syméon les bénit et dit à Marie sa mère : « Il est là pour la chute ou le relèvement de beaucoup en Israël et pour être un signe contesté et toi-même, un glaive te transpercera l’âme ; ainsi seront dévoilés les débats de bien des cœurs. »

Il y avait aussi une prophétesse, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était fort avancée en âge ; après avoir vécu sept ans avec son mari, elle était restée veuve et avait atteint l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’écartait pas du temple, participant au culte nuit et jour par des jeûnes et des prières. Survenant au même moment, elle se mit à célébrer Dieu et à parler de l’enfant à tous ceux qui attendaient la libération de Jérusalem.

Lorsqu’ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. Quant à l’enfant, il grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la faveur de Dieu était sur lui.

Commentaire

Suite du roman de Luc sur la jeunesse de Jésus : le nouveau Dieu va rencontrer le sien au Temple.

De la même manière qu’il a fallu trouver une astuce pour faire naître Jésus à Bethléem, Luc a dû trouver une raison pour rassembler toute la famille au Temple. Il va donc mêler le rite de purification de la mère (la présence de l’enfant n’est pas indispensable) et le rite du rachat du premier-né (qui n’a pas besoin d’être fait au Temple). On a donc un montage qui va permettre aux vieillards de l’ancienne religion d’accueillir le nouveau Sauveur et d’en informer les parents.

Luc, qui je vous le rappelle, n’est pas juif, va nous montrer Jésus comme étant le fils d’un couple juif extrêmement pieux et respectueux des rites de la religion. On trouve la source du rachat des premiers-nés mâles dès l’Exode 13.2 « Consacre-moi tout premier-né, ouvrant le sein maternel, parmi les fils d'Israël, parmi les hommes comme parmi le bétail. C'est à moi. » Ceux qui ne sont pas Lévites et qui ne vont pas être consacrés au service du temple devront payer : le couple de tourterelles et de pigeons nous apprennent que la famille de Jésus est pauvre. Les prix sont affichés dans le livre des Nombres. Les rites de purification de la maman sont définis dans le livre du Lévitique 12, 4-6. Si c’est le recensement qui pousse la famille à Bethléem, ce sera la Loi qui va les faire passer par Jérusalem. On verra que Siméon ira lui animé par l’Esprit et que Anne y est en permanence (ce dont on peut légitimement douter ; une femme qui dormirait au Temple, voilà qui n’est pas banal).

Concernant le vieillard Siméon, la présence d’un vieux qui attend de mourir fait partie de la tradition biblique : Genèse 46.30 Israël lui dit alors : « Cette fois-ci, après avoir revu ton visage, j'accepte de mourir puisque tu es encore en vie. ». La prière de Siméon est détaillée, on l’appelle souvent « le cantique de Siméon » et donnera un chant prononcé dans la liturgie des heures, le « Nunc dimittis ». Cette prière permet à Luc de proclamer qu’est arrivé un Sauveur destiné à tout l’univers et qui restera quand même connu comme la gloire d’Israël.

Il y aura ensuite un message d’alarme à l’attention de Marie concernant le futur de son fils. Luc utilisera une fois de plus les textes connus : Esaïe 8.14 « Il sera un sanctuaire et une pierre que l'on heurte et un rocher où l'on trébuche pour les deux maisons d'Israël, un filet et un piège pour l'habitant de Jérusalem ». Le programme de la vie de Jésus est d’ores et déjà annoncé.

On ne saura rien de la parole de Anne. Le nom de cette prophétesse est pour le moins intéressant, car on la retrouve comme la mère du Nazir Samuel en 1 Samuel 1.20 « Or donc, aux jours révolus, Anne, qui était enceinte, enfanta un fils. Elle l'appela Samuel « car, dit-elle, c'est au SEIGNEUR que je l'ai demandé ». On verra dans la conclusion que Luc fait un parallèle entre le Nazir (premier-né consacré au culte) Samuel et le Nazir Jésus. On se souviendra qu’Anne est également le nom de la mère de Marie (enfin peut-être)

Dans le retour vers Nazareth, on retrouve 1 Samuel 2.21 « Comme le SEIGNEUR était intervenu en faveur d'Anne, elle devint enceinte et enfanta trois fils et deux filles, tandis que le petit Samuel grandissait devant le SEIGNEUR ».

Un enfant promis à un brillant futur.

 

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
   1234
26272829   
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.