La résurrection de Naim

Lc 7, 11-17
septembre 19, 2023

Or, Jésus se rendit ensuite dans une ville appelée Naïn. Ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu’une grande foule. Quand il arriva près de la porte de la ville, on portait tout juste en terre un mort, un fils unique dont la mère était veuve, et une foule considérable de la ville accompagnait celle-ci.

En la voyant, le Seigneur fut pris de pitié pour elle et il lui dit : « Ne pleure plus. »

Il s’avança et toucha le cercueil ; ceux qui le portaient s’arrêtèrent ; et il dit : « Jeune homme, je te l’ordonne, réveille-toi. » Alors le mort s’assit et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère.

Tous furent saisis de crainte, et ils rendaient gloire à Dieu en disant : « Un grand prophète s’est levé parmi nous et Dieu a visité son peuple. » Et ce propos sur Jésus se répandit dans toute la Judée et dans toute la région.

Commentaire

Cette guérison miraculeuse n’est relatée que chez Luc ; il en a besoin pour pouvoir dire aux gens du Baptiste qui voudraient savoir si Jésus est le messie annoncé en Lc 7,22 « les morts ressuscitent ». Luc nous rapportera aussi la guérison de la fille de Jaïre et puis dans les Actes, nous aurons deux autres guérisons faites par Pierre et par Paul. Ce genre de guérison se retrouve dans la littérature grecque, avec les dieux Esculape et Sérapis entre autres.

Il y a deux guérisons de ce type dans l’Ancien Testament : celle dans laquelle Elie sauvera le fils de la veuve de Sarepta (1 Rois 17) et celle dans laquelle Elisée sauvera le fils de la Shounamite en 2 Rois 4 (juste pour information, la ville de Shounem est proche de la ville de Naim d’environ 5km). De nombreux points sont communs :

  • Il s’agit de la mort tragique du jeune fils d’une femme
  • Le guérisseur se trouve aux portes de la ville
  • Après guérison, le guérisseur rend le fils à sa mère
  • Le guérisseur est reconnu comme un prophète

Dans le récit de Luc, il y a mieux encore : la durée entre la mort et la guérison est plus longue, Jésus prend l’initiative sans que la mère lui demande quoi que ce soit, la résurrection est spontanée et sans effort, le chœur de la foule vient en conclusion.

Il va de soi que le lien avec la veuve de Sarepta est fort, puisqu’on se souvient de Malachie 3.23 « Voici que je vais vous envoyer Élie, le prophète, avant que ne vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères vers leurs fils, celui des fils vers leurs pères pour que je ne vienne pas frapper la terre d’interdit. »

Ces histoires circulaient dans les premières communautés chrétiennes ; elles permettaient de transmettre l’image de Jésus comme le prophète promis par Dieu, elles insistaient sur l’espérance d’une vie nouvelle, elles montraient la compassion du Seigneur. Comme Jésus, les chrétiens devaient se soucier des veuves et des mourants.

Jésus maître de la vie et de la mort, prophète du Très-Haut. Une belle histoire comme tout le monde les aime.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
15161718192021
22232425262728
293031    
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.