Le gérant habile et trompeur

Lc 16, 1-8
novembre 4, 2022

Puis Jésus dit à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui fut accusé devant lui de dilapider ses biens. Il le fit appeler et lui dit : “Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Rends les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras plus gérer mes affaires.”

Le gérant se dit alors en lui-même : “Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Bêcher ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’en ai honte. Je sais ce que je vais faire pour qu’une fois écarté de la gérance, il y ait des gens qui m’accueillent chez eux.”

Il fit venir alors un par un les débiteurs de son maître et il dit au premier : “Combien dois-tu à mon maître ? ”Celui-ci répondit : “Cent jarres d’huile.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu, vite, assieds-toi et écris cinquante.”

Il dit ensuite à un autre : “Et toi, combien dois-tu ? ” Celui-ci répondit : “Cent sacs de blé.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu et écris quatre-vingts.”

Et le maître fit l’éloge du gérant trompeur, parce qu’il avait agi avec habileté. En effet, ceux qui appartiennent à ce monde sont plus habiles vis-à-vis de leurs semblables que ceux qui appartiennent à la lumière.

Commentaire

Voici une parabole un peu …discutable. Elle fait l’éloge de la ruse malhonnête, de l’écriture de faux et de l’usage de faux. Le gérant, accusé de mauvaise gestion, a bien du mal à fournir des comptes, car on comprend bien qu’il y a peu de traces écrites des mouvements de produits. Le passage de fausses écritures convient aux débiteurs, puisqu’ils vont diminuer leur dette. Il convient aussi au gérant qui va pouvoir montrer une gestion pas si mauvaise que cela. Quant au propriétaire qui n’avait pas de comptes, maintenant il en a, et ils ne sont pas aussi mauvais que prévus. Bref l’astuce est bonne, la ruse semble excellente. Si on replace ce passage dans l’axe de ce qui vient ensuite sur le bon usage de l’argent et le fait qu’on ne peut servir deux maîtres à la fois, Dieu et l’argent, alors on se dit que Jésus fait ici l’éloge de l’intelligence et de l’habileté, même si elle n’est pas mise au profit d’une bonne cause.

Le problème est ce qu’on a trouvé à Qumran. Car on y a trouvé ce texte, mais aussi son commentaire. La dernière expression est typique des écrits de Qumran, les Fils de la lumière étant les Esséniens, dont on pense que Qumran était une secte. Dans le commentaire, le maître c’est Dieu et le gérant c’est nous face à Dieu. Et ce texte devient une critique des Esséniens qui gardent toute la lumière de l’évangile pour eux sans faire participer les autres (on se souvient que la communauté de Qumran était une secte très fermée). Le gérant trompeur gardait tout pour lui, comme les Esséniens. Et quand Dieu s’en est rendu compte, alors il a bien fallu qu’ils en passent un peu aux autres pour préparer leur avenir. Le sujet de la parabole est « comment utiliser la richesse de Dieu »

Donc, Luc devait connaître cette parabole ancienne, et il l’a réutilisée, réactualisée.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.