Le paralysé passe par le toit selon Luc

Luc 5, 17-26
décembre 6, 2021

Or, un jour qu’il était en train d’enseigner, il y avait dans l’assistance des Pharisiens et des docteurs de la loi qui étaient venus de tous les villages de Galilée et de Judée ainsi que de Jérusalem ; et la puissance du Seigneur était à l’œuvre pour lui faire opérer des guérisons.

Survinrent des gens portant sur une civière un homme qui était paralysé ; ils cherchaient à le faire entrer et à le placer devant lui ; et comme, à cause de la foule, ils ne voyaient pas par où le faire entrer, ils montèrent sur le toit et, au travers des tuiles, ils le firent descendre avec sa civière en plein milieu, devant Jésus.

Voyant leur foi, il dit : « Tes péchés te sont pardonnés. »

Les scribes et les Pharisiens se mirent à raisonner : « Quel est cet homme qui dit des blasphèmes ? Qui peut pardonner les péchés, sinon Dieu seul ? »

Mais Jésus, connaissant leurs raisonnements, leur rétorqua : « Pourquoi raisonnez-vous dans vos cœurs ? Qu’y a-t-il de plus facile, de dire : “Tes péchés te sont pardonnés” ou bien de dire : “Lève-toi et marche” ?

Eh bien, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre autorité pour pardonner les péchés, — il dit au paralysé : “Je te dis, lève-toi, prends ta civière et va dans ta maison.” »  A l’instant, celui-ci se leva devant eux, il prit ce qui lui servait de lit et il partit pour sa maison en rendant gloire à Dieu.

La stupeur les saisit tous et ils rendaient gloire à Dieu ; remplis de crainte, ils disaient : « Nous avons vu aujourd’hui des choses extraordinaires. »

Commentaire

La guérison du paralytique commune à Marc, à Matthieu et à Luc. Il s’agit bien entendu à propos d’un miracle d’une controverse avec les gens de l’église, comme il y en aura bien d’autres

Ni le paralysé ni ses copains n’ont rien demandé ; et Jésus dit immédiatement au malade « tes péchés sont pardonnés ». Immédiatement, les juifs réagissent : pour eux, il est clair que seul Dieu peut pardonner les péchés faits par les hommes contre lui : c’est le sens de la fête de Yom Kippour, le grand pardon, qui remet les compteurs à zéro une fois par an. Donc pour eux, si Jésus pardonne les péchés, il se met hors-jeux, il blasphème.

Et là Jésus leur dit : mais non, moi aussi je peux pardonner les péchés, car comme je vous l’ai déjà dit au cours d’autres miracles, ce n’est pas moi qui suis à la manœuvre, c’est bien mon Père à travers moi. Certes vous ne pouvez pas constater de visu que mon pardon est bien réel, qu’il fonctionne. Que puis-je faire pour que vous compreniez ? S’il se met debout, vous serez convaincus ?

Le pardon, l’œuvre de Dieu ne se voient pas. Il faut une dose de spectacle exceptionnel pour marquer les esprits, et un paralysée qui prend sa civière et qui marche, ça c’est vraiment extraordinaire !

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.