Les serviteurs quelconques

Lc 17, 5-10
octobre 2, 2022

Les apôtres dirent au Seigneur : « Augmente en nous la foi. »

Le Seigneur dit : « Si vraiment vous aviez de la foi gros comme une graine de moutarde, vous diriez à ce sycomore : “Déracine-toi et va te planter dans la mer”, et il vous obéirait.

Lequel d’entre vous, s’il a un serviteur qui laboure ou qui garde les bêtes, lui dira à son retour des champs : “Va vite te mettre à table” ?

Est-ce qu’il ne lui dira pas plutôt : “Prépare-moi de quoi dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et boive ; et après tu mangeras et tu boiras à ton tour” ?

A-t-il de la reconnaissance envers ce serviteur parce qu’il a fait ce qui lui était ordonné ?

De même, vous aussi, quand vous avez fait tout ce qui vous était ordonné, dites : “Nous sommes des serviteurs quelconques. Nous avons fait seulement ce que nous devions faire.”

Commentaire

Ce texte est un peu compliqué.

Il est en 2 parties : la première, cette histoire de foi qui permet de bouger les sycomores, se retrouve chez Matthieu qui parlera lui de bouger les montagnes (Mt 17, 20). Si les 2 images choisies par les évangélistes montrent bien la puissance de la foi en mettant face à face la taille de la graine de moutarde et l’énormité de l’action, elles n’en demeurent pas moins l’image de l’inutile. Car mettre un arbre dans l’eau n’est guère plus utile que de changer une montagne de place.

La deuxième partie nous décrit l’ordre des choses au temps de Jésus, dans les relations entre un seigneur et son serviteur (on pourrait dire aussi le maître et son esclave, sans qu’à l’époque personne ne trouve rien à redire). Et donc Luc nous remet un peu à notre place, au cas où nous serions en train d’attendre un remerciement quelconque de Dieu pour faire selon sa volonté. C’est le serviteur qui remercie le maître et pas le contraire. On se trouve comme hier, même si le chapitre est assez éloigné, en face de la notion de gratitude. Jésus dit à ses disciples : certes, la foi donne des pouvoirs exceptionnels, mais ils doivent être utilisés à l’œuvre du Seigneur, pas pour rouler les mécaniques en déplaçant des arbres inutilement. Si le serviteur fait bien un travail utile, ce n’est pas pour autant qu’il est devenu indispensable ; la traduction de la TOB est sympathique quand elle dit « serviteur quelconque », car le terme grec est « inutile ».

Ce schéma de la relation entre le maître et le serviteur, Luc va l’utiliser plusieurs fois, mais pas de la même façon. En Luc 12,37 par exemple : « Heureux ces serviteurs que le maître à son arrivée trouvera en train de veiller. En vérité, je vous le déclare, il prendra la tenue de travail, les fera mettre à table et passera pour les servir. » Dans ce cas, le seigneur casse le protocole. En Luc 22,24, alors que les disciples se disputent pour savoir qui est le plus grand, Jésus dira : « Mais que le plus grand parmi vous prenne la place du plus jeune, et celui qui commande la place de celui qui sert », ce qui laisse entendre que Luc (Jésus ?) voit une hiérarchie inversée qui une fois encore casse les codes de l’époque. Mais aujourd’hui, pas de révolution. On ne peut constater une fois de plus que les évangélistes jouent avec les mots sans accorder beaucoup d’importance à leur sens.

Bref pas de médaille avec Dieu.

Nous remettre à notre place, Luc sait très bien faire cela.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.