Où est passé Jésus ?

Lc 2, 41-52
décembre 26, 2021

Ses parents allaient chaque année à Jérusalem pour la fête de la Pâque. Quand il eut douze ans, comme ils y étaient montés suivant la coutume de la fête et qu’à la fin des jours de fête ils s’en retournaient, le jeune Jésus resta à Jérusalem sans que ses parents s’en aperçoivent.

Pensant qu’il était avec leurs compagnons de route, ils firent une journée de chemin avant de le chercher parmi leurs parents et connaissances. Ne l’ayant pas trouvé, ils retournèrent à Jérusalem en le cherchant.

C’est au bout de trois jours qu’ils le retrouvèrent dans le temple, assis au milieu des maîtres, à les écouter et les interroger. Tous ceux qui l’entendaient s’extasiaient sur l’intelligence de ses réponses.

En le voyant, ils furent frappés d’étonnement et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi as-tu agi de la sorte avec nous ? Vois, ton père et moi, nous te cherchons tout angoissés. »

Il leur dit : «Pourquoi donc me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père?»

Mais eux ne comprirent pas ce qu’il leur disait.

Puis il descendit avec eux pour aller à Nazareth ; il leur était soumis ; et sa mère retenait tous ces événements dans son cœur.

Jésus progressait en sagesse et en taille, et en faveur auprès de Dieu et auprès des hommes. 

Commentaire

Rappelons-nous que les récits de l’enfance de Jésus n’ont rien de vraiment vérifiable et qu’il s’agit pour la plus grande part d’une composition littéraire faite à partir de la vie publique de Jésus. Il va de soi que cette histoire est un peu loufoque : trois jours pour se rendre compte qu’on a perdu son fils de 12 ans et qu’on le retrouve en élève surdoué dans la synagogue !

Mais si maintenant on essaie de s’imaginer ce qu’a pu être l’enfance de Jésus à partir de son comportement d’adulte, que voit-on ?

  • Que Jésus a passé son temps à déstabiliser son monde, qu’il n’est jamais là où on l’attend, qu’il fait un peu ce qu’il veut quand il le souhaite, qu’il ne fait rien comme les autres. Serait-il surprenant qu’il se soit enfui de la caravane pour retourner voir les scribes qui devaient l’intéresser bien plus que ses compagnons de route ?
  • Que Jésus enseignait en maître les écritures ? Est-il impensable d’imaginer qu’il ait dû passer un certain nombre d’heures à apprendre avant d’enseigner ?
  • Que Jésus ne considérait pas forcément sa famille biologique comme sa vraie famille, qu’il disait « qui sont mes frères ? » « n’est-il pas le fils de Joseph ? » Serait-ce si bizarre qu’il ait pu oublier ses proches pour aller étudier ?
  • Que Marie était l’image d’une mère tendre et compréhensive. Est-il vraiment surprenant qu’elle se soit faite du souci ? qu’elle ait fait des reproches à son fils (j’en connais un qui ce serait pris une paire de taloches) ?
  • Que Marie était l’exemple du fidèle parfait, qui faisait confiance aveuglément dans son fils et dans le Seigneur, et qu’après tout, l’ange Gabriel avait eu raison sur toute la ligne. N’est-il pas envisageable qu’elle ait pu garder cet épisode dans son cœur sans en faire un scandale ?

Vous voyez qu’en fait, cette scène est parfaitement plausible.

Une des leçons que j’y voie est qu’il n’est pas toujours facile d’établir une relation parfaite avec ses propres enfants, et qu’il faut savoir accepter leurs chemins de traverse qui ne sont pas forcément les nôtres. Nos enfants nous appartiennent-ils vraiment ?

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.