Qui de l’arbre ou du fruit

Lc 6, 43-49
septembre 16, 2023

Il n’y a pas de bon arbre qui produise un fruit malade, et pas davantage d’arbre malade qui produise un bon fruit. Chaque arbre en effet se reconnaît au fruit qui lui est propre : ce n’est pas sur un buisson d’épines que l’on cueille des figues, ni sur des ronces que l’on récolte du raisin.

L’homme bon, du bon trésor de son cœur, tire le bien, et le mauvais, de son mauvais trésor, tire le mal ; car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur.

Et pourquoi m’appelez-vous “Seigneur, Seigneur” et ne faites-vous pas ce que je dis ?

Tout homme qui vient à moi, qui entend mes paroles et qui les met en pratique, je vais vous montrer à qui il est comparable. Il est comparable à un homme qui bâtit une maison : il a creusé, il est allé profond et a posé les fondations sur le roc. Une crue survenant, le torrent s’est jeté contre cette maison mais n’a pu l’ébranler, parce qu’elle était bien bâtie. Mais celui qui entend et ne met pas en pratique est comparable à un homme qui a bâti une maison sur le sol, sans fondations : le torrent s’est jeté contre elle, et aussitôt elle s’est effondrée, et la destruction de cette maison a été totale.

Commentaire

On circule du fruit au cœur, de la bouche aux actes. Le tout dans un contexte très juif (les arbres et la manière de construire les maisons).

On peut constater que dans l’épisode des arbres et de leurs fruits, de même que dans la bouche qui dit ce qui déborde du cœur, il n’est fait aucune allusion à l’hypocrisie ou à la duplicité. Ce qui n’est plus la cas au verset 46 ou clairement les actes ne correspondent pas à ce que dit la bouche. La notion d’entendre et de faire est un concept totalement juif que Luc utilise pleinement à sa manière. Pour les juifs il s’agit de mettre la Loi en application, pour Luc il s’agit de mettre les paroles de Jésus en application.

Le message du 1er paragraphe est le suivant : qui veut implanter des lois qui ne seraient pas celles de l’amour ne peut être un bon arbre. Celui qui enseigne autre chose que l’amour ne peut se réclamer de Jésus, ni même de Dieu.

Le message du second paragraphe est que celui qui ne fait pas ce qu’il dit ne peut lui non plus se réclamer du Seigneur. L’être humain est responsable de ce qu’il dit comme de ce qu’il fait. Contrairement à Matthieu, Luc n’est pas dans le conflit avec les juifs, il est bien au contraire en conflit avec certains fidèles de sa communauté dont le comportement, actes et paroles, ne correspond aucunement à l’enseignement de Jésus.

On peut s’amuser de voir que Matthieu dans le même passage (Mt 7,25) fait référence à la pluie, à l’inondation et à la tempête, éléments climatiques de la Palestine ; Luc lui ne parle que de la crue et de la force de l’eau, ce qui correspond tout-à-fait aux crues de la saison des pluies dans les pays du sud (on se souvient que Luc était Syrien). Pour Luc, les paroles de Jésus ne sont pas très différentes des commandements juifs de l’amour désintéressé.

Le problème de Luc n’est pas de combattre les juifs mais d’enraciner le comportement de ses fidèles dans une foi profonde et sincère. La conduite chrétienne vis-à-vis de Dieu et vis-à-vis des autres.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
     12
17181920212223
24252627282930
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.