Une leçon de Samaritain

Lc 10, 25-37
octobre 3, 2022

Et voici qu’un légiste se leva et lui dit, pour le mettre à l’épreuve : « Maître, que dois-je faire pour recevoir en partage la vie éternelle ? »

Jésus lui dit : « Dans la Loi qu’est-il écrit ? Comment lis-tu ? »

Il lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ta pensée, et ton prochain comme toi-même. »

Jésus lui dit : « Tu as bien répondu. Fais cela et tu auras la vie. »

Mais lui, voulant montrer sa justice, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? »

Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, il tomba sur des bandits qui, l’ayant dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort. Il se trouva qu’un prêtre descendait par ce chemin ; il vit l’homme et passa à bonne distance.

Un lévite de même arriva en ce lieu ; il vit l’homme et passa à bonne distance.

Mais un Samaritain qui était en voyage arriva près de l’homme : il le vit et fut pris de pitié. Il s’approcha, banda ses plaies en y versant de l’huile et du vin, le chargea sur sa propre monture, le conduisit à une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, tirant deux pièces d’argent, il les donna à l’aubergiste et lui dit : “Prends soin de lui, et si tu dépenses quelque chose de plus, c’est moi qui te le rembourserai quand je repasserai.”

Lequel des trois, à ton avis, s’est montré le prochain de l’homme qui était tombé sur les bandits ? »

Le légiste répondit : « C’est celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit : « Va et, toi aussi, fais de même. »

Commentaire

Nous retrouvons ce passage du bon Samaritain et je vous engage à relire mon commentaire du 10/07. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire de revenir sur les détails de cette affaire. Quelques mots sur le fond :

Luc, une fois de plus, nous remet à notre place ; nous sommes toujours dans le contexte de la gratitude et du serviteur quelconque. Le Samaritain fait mieux que le lévite et que le prêtre.

Alors il va de soi que l’attaque de Luc porte en priorité sur le corps sacerdotal juif. Le prêtre, on sait ce qu’il est. Le Lévite, c’est un peu la même chose : on avait confié aux membres de la tribu de Lévi (une des 12 tribus d’Israël) le service du temple de Jérusalem, on peut lire cela dans les livres du Deutéronome et des Nombres. C’est une tribu dont sont sortis les grands noms de l’histoire juive : Moise, Élie, Aaron, Samuel, Ézéchiel…jusqu’à notre cher Jean-Baptiste. Donc il est très clair que dans ce passage, ce sont les bons juifs qui ont un comportement lamentable.

Les Samaritains viennent de deux tribus du Nord, les Ephraïm et les Manassé. Or on se souvient qu’en -1000, les 10 tribus du Nord avaient fait route à part en créant le royaume d’Israël, avec Samarie comme capitale. Et cette séparation-là, les juifs du Royaume de Juda ne l’ont jamais digérée, au point qu’ils ont refusé l’aide des samaritains pour reconstruire le temple de Jérusalem en -586. Donc pour les juifs du temps de Luc, les Samaritains sont les ennemis de toujours, même en étant juifs. On se souvient qu’à la base de cette discorde était le fait qu’au temps de l’occupation du Nord par les Assyriens, il y avaient eu beaucoup de mariages mixtes entre des femmes juives et des hommes païens. Les juifs accuseront toujours les Samaritains d’être une race impure.

Or ici l’impur a un comportement parfait, alors que les purs sont nuls. Le message de Luc est le même : ne venez pas rouler les mécaniques en vous pensant parfaits parce que vous croyez faire la volonté de Dieu. D’autres sont capables de faire mieux que vous.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.