Y voir clair serait déjà pas mal

Lc 18, 35-43
novembre 14, 2022

Or, comme il approchait de Jéricho, un aveugle était assis au bord du chemin, en train de mendier. Ayant entendu passer une foule, il demanda ce que c’était.

On lui annonça : « C’est Jésus le Nazôréen qui passe. »

Il s’écria : « Jésus, Fils de David, aie pitié de moi ! »

Ceux qui marchaient en tête le rabrouaient pour qu’il se taise ; mais lui criait de plus belle : « Fils de David, aie pitié de moi ! »

Jésus s’arrêta et commanda qu’on le lui amène. Quand il se fut approché, il l’interrogea :

« Que veux-tu que je fasse pour toi ? »

Il répondit : « Seigneur, que je retrouve la vue ! » Jésus lui dit : « Retrouve la vue. Ta foi t’a sauvé. »

A l’instant même il retrouva la vue et il suivait Jésus en rendant gloire à Dieu. Tout le peuple voyant cela fit monter à Dieu sa louange. 

Commentaire

Un beau miracle qui nous éclaire…Chez Marc, cet aveugle s’appelle Bartimée (Mc 10, 46-52) et chez Matthieu, nous avons 2 aveugles et Jésus leur touche les yeux (MT 20, 29-34). Chez ces 3 évangélistes, l’important est de préparer l’arrivée triomphale de Jésus à Jérusalem, et c’est ici que l’allusion à David prend toute son importance. Les juifs en effet attendent un messie qui viendra de la famille de David, car Dieu a promis à David que sa famille allait régner sur son peuple pendant l’éternité (2ème livre de Samuel). On se souvient que le passage par Bethléem est en grande partie justifiée par le fait que cette ville était considérée comme la ville de David (Michée 5,2), Que Jésus soit Nazaréen, c’est bien, mais qu’il soit fils de David, pour un juif, c’est encore mieux. Et que Jésus puisse être envisagé comme le fils du plus grand roi d’Israël est important pour donner une gloire triomphale à l’arrivée de Jésus dans la ville du Temple.

On remarquera qu’il n’est pas facile de faire taire celui qui croie en Jésus…L’aveugle exprime clairement son objectif de recouvrer la vue (ce qui n’est pas toujours le cas dans les miracles). Et nous retrouvons bien le schéma habituel dans lequel c’est la foi qui sauve, ou qui guérit. On se souviendra que Matthieu en 13,58 expliquait que si Jésus n’avait pas fait beaucoup de miracles à Nazareth, c’est à cause de leur manque de foi. Il y a bien entendu un parallèle induit entre l’aveugle qui retrouve la lumière du jour et ceux qui grâce à leur foi en Jésus, découvrent la Lumière de la vie, la lumière du salut.

Il est amusant de voir que si chez Marc et chez Matthieu, Jésus croise l’aveugle à la sortie de Jéricho, chez Luc en revanche, c’est à l’entrée. En effet Luc veut encore placer l’épisode de Zachée (le petit qui grimpe dans l’arbre) et l’histoire du prince qui veut se faire investir, et il faut que tout cela entre dans le chemin de Jéricho à Jérusalem : 8h à pied. Luc est un écrivain précis qui ne laisse pas les détails de côté.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.