Bonne nuit les petits

Mc 9, 30-37
février 21, 2023

Partis de là, ils traversaient la Galilée et Jésus ne voulait pas qu’on le sache. Car il enseignait ses disciples et leur disait : « Le Fils de l’homme va être livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, lorsqu’il aura été tué, trois jours après il ressuscitera. » Mais ils ne comprenaient pas cette parole et craignaient de l’interroger.

Ils allèrent à Capharnaüm. Une fois à la maison, Jésus leur demandait : « De quoi discutiez-vous en chemin ? »

Mais ils se taisaient, car, en chemin, ils s’étaient querellés pour savoir qui était le plus grand. Jésus s’assit et il appela les Douze ; il leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. »

Et prenant un enfant, il le plaça au milieu d’eux et, après l’avoir embrassé, il leur dit : « Qui accueille en mon nom un enfant comme celui-là, m’accueille moi-même ; et qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. »

Commentaire

Voici une deuxième annonce de la passion et de la résurrection, la première était au chapitre 8,31, juste après le « pour vous qui suis-je ? ». Suit cette anecdote des disciples qui se disputent pour savoir qui sera le plus grand…Marc insiste sur l’opposition qui existe entre Jésus qui contemple ces souffrances futures suivies de sa glorification, et l’incroyable légèreté de ses disciples ; il leur parle de mort et de résurrection, eux ne comprennent rien et donc se complaisent dans la futilité, une insouciance dont ils vont avoir un peu honte bien entendu.

Le maître va reprendre ses élèves avec beaucoup de douceur en fait, quand d’autres se seraient volontiers fâchés. Son appel au service et à l’humilité, il va le mettre en scène au travers d’un enfant. Un enfant, ce n’est pas un nouveau-né, ce n’est pas un petit-enfant, c’est un être humain capable d’interagir avec un adulte, de comprendre ce qu’il dit. C’est surtout un être humain qui a besoin de protection et de tendresse, ce qu’on va retrouver dans cette embrassade de Jésus. L’enfant au temps de Jésus n’est ni un être innocent ni un être parfait, comme nous le considérons aujourd’hui. C’est avant tout un être fragile qui obéit à un adulte qui le protège.

Un enfant ne va pas déjà connaître le sentiment de la vengeance, il ne va pas se lancer éperdument dans la violence, bref il est celui qui va tendre l’autre joue et qui va donner son manteau. Matthieu insistera en disant qu’il convient de se faire « petit comme un enfant » pour entrer au Royaume, et Luc dira « le plus petit, voilà le plus grand ».

Je pense qu’au-delà de cette attention sympathique à la gentillesse de l’enfant, ce qui est vraiment choquant est le décalage entre les préoccupations de Jésus et celles des disciples : quand l’un pense à la mort, les autres pensent à la gloire. Et bien entendu, quand Marc écrit sur les disciples, ils pense à son Eglise, à notre Eglise.

Comment lui donner tort ?

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
22232425262728
2930     
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.