La digestion des mauvaises pensées

Mc 7, 14-23
février 9, 2022

Puis, appelant de nouveau la foule, il leur disait : « Ecoutez-moi tous et comprenez. Il n’y a rien d’extérieur à l’homme qui puisse le rendre impur en pénétrant en lui, mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. » 

Lorsqu’il fut entré dans la maison, loin de la foule, ses disciples l’interrogeaient sur cette parole énigmatique.

Il leur dit : « Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence ? Ne savez-vous pas que rien de ce qui pénètre de l’extérieur dans l’homme ne peut le rendre impur, puisque cela ne pénètre pas dans son cœur, mais dans son ventre, puis s’en va dans la fosse ? » Il déclarait ainsi que tous les aliments sont purs.

Il disait : « Ce qui sort de l’homme, c’est cela qui rend l’homme impur. En effet, c’est de l’intérieur, c’est du cœur des hommes que sortent les intentions mauvaises, inconduite, vols, meurtres, adultères, cupidité, perversités, ruse, débauche, envie, injures, vanité, déraison. Tout ce mal sort de l’intérieur et rend l’homme impur. »

Commentaire

Matthieu fait dire à Jésus : « je ne suis pas venu pour abolir la loi, mais pour l’accomplir ». Enfin, nous voyons aujourd’hui que c’est plus ou moins vrai.

Nous avons vu dernièrement le lavage des mains, le respect des parents, aujourd’hui nous sommes dans les règles alimentaires, sachant qu’il y en a beaucoup dans le Deutéronome 14 et dans le Lévitique 11, deux textes qui définissent précisément ce que le juif peut consommer ou non en fonction de la forme des sabots, des nageoires…Ces règles de pureté qui étaient données aux prêtres pour ne pas souiller le Temple et que les Pharisiens, lors de la destruction de celui-ci, ont élargies à tous les fidèles, ce qui a très largement compliqué leur vie. Et nous avons droit aujourd’hui de la part de Jésus à une leçon de choses, un cour d’anatomie très Platonicien avec d’un côté le corps et son système digestif et de l’autre un cœur ou une âme qui seraient complètement indépendants.

Et Jésus d’aller chercher comme exemple d’impureté la liste des péchés qui constituent une agression envers son prochain ; le dernier de cette liste, la déraison, ne devant pas être considéré comme une maladie mentale mais plutôt comme la volonté humaine exprimée dans la démesure. Au légalisme de la religion juive qui pourrait éventuellement s’opposer aux règles de la morale sociale, Jésus oppose la règle du cœur pour discerner la manière intelligente d’appliquer la loi.

On comprend bien qu’il s’agit avant tout de l’application de la loi : il est donné au chrétien une grande liberté quant à la manière de vivre la foi. La foi chrétienne consiste en l’application simultanée du « Shema Israel » du Deutéronome (Tu aimeras l’Eternel ton Dieu…) avec le Lévitique 19,18 (Tu aimeras ton prochain…). Donc la règle pour le chrétien est qu’il ne peut y avoir d’opposition entre des lois pour plaire à Dieu et les lois de morale qui protègent l’homme.

Ce qui fera dire à St. Augustin : « Aime, et fais ce que tu veux ! »

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.