La fille de Jaïre

Mc 5, 21-43
février 1, 2022

Quand Jésus eut regagné en barque l’autre rive, une grande foule s’assembla près de lui. Il était au bord de la mer. Arrive l’un des chefs de la synagogue, nommé Jaïros : voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie avec insistance en disant : « Ma petite fille est près de mourir ; viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. » Jésus s’en alla avec lui ; une foule nombreuse le suivait et l’écrasait. Une femme, qui souffrait d’hémorragies depuis douze ans elle avait beaucoup souffert du fait de nombreux médecins et avait dépensé tout ce qu’elle possédait sans aucune amélioration ; au contraire, son état avait plutôt empiré —, cette femme, donc, avait appris ce qu’on disait de Jésus. Elle vint par-derrière dans la foule et toucha son vêtement. Elle se disait : « Si j’arrive à toucher au moins ses vêtements, je serai sauvée. » A l’instant, sa perte de sang s’arrêta et elle ressentit en son corps qu’elle était guérie de son mal. Aussitôt Jésus s’aperçut qu’une force était sortie de lui. Il se retourna au milieu de la foule et il disait : « Qui a touché mes vêtements ? » Ses disciples lui disaient : « Tu vois la foule qui te presse et tu demandes : “Qui m’a touché ? ” » Mais il regardait autour de lui pour voir celle qui avait fait cela. Alors la femme, craintive et tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. Mais il lui dit : « Ma fille, ta foi t’a sauvée ; va en paix et sois guérie de ton mal. » Il parlait encore quand arrivent, de chez le chef de la synagogue, des gens qui disent : « Ta fille est morte ; pourquoi ennuyer encore le Maître ? » Mais, sans tenir compte de ces paroles, Jésus dit au chef de la synagogue : « Sois sans crainte, crois seulement. » Et il ne laissa personne l’accompagner, sauf Pierre, Jacques et Jean, le frère de Jacques. Ils arrivent à la maison du chef de la synagogue. Jésus voit de l’agitation, des gens qui pleurent et poussent de grands cris. Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte, elle dort. » Et ils se moquaient de lui. Mais il met tout le monde dehors et prend avec lui le père et la mère de l’enfant et ceux qui l’avaient accompagné. Il entre là où se trouvait l’enfant, il prend la main de l’enfant et lui dit : « Talitha qoum », ce qui veut dire : « Fillette, je te le dis, réveille-toi ! » Aussitôt la fillette se leva et se mit à marcher, — car elle avait douze ans. Sur le coup, ils furent tout bouleversés. Et Jésus leur fit de vives recommandations pour que personne ne le sache, et il leur dit de donner à manger à la fillette

Commentaire

De retour chez Marc, après les paraboles, les miracles : la tempête en mer, le fou et les cochons et maintenant, deux miracles en un : la guérison de la fille de Jaïre et la guérison de la femme « hémorroïsse » (qui perd son sang). Deux miracles imbriqués l’un dans l’autre qui ont le même message : c’est la foi qui sauve. Comme Jésus dit à la femme « ta foi t’a sauvée », il dira à Jaïre « crois seulement ».

Comme toujours pour ce qui est des miracles, essayons de comprendre le pourquoi du message. Pensons à Marc et à sa communauté qui panique à l’annonce de la persécution de Néron. Tout d’abord, nous sommes revenus à l’ouest du lac, nous avons retrouvé le pays des juifs. On peut voir dans la maison de Jaïre « sa » vraie maison, à la différence de la synagogue dont il est le chef, mais on peut aussi voir l’église de Marc avec ses piliers fondateurs que sont Pierre, jacques et Jean. On peut voir que ce qui se moquent de Jésus sont invités à rester dehors. On peut bien entendu voir dans le réveil de la jeune fille une résurrection (le terme grec est identique) et dans le fait qu’elle doive manger, un appel à l’eucharistie.

Il y a bien sûr certaines ressemblances avec le serviteur du Centurion de Luc que nous avons lu fin novembre : un notable important et non-chrétien qui supplie Jésus, et celui-ci qui n’a même pas besoin de se déplacer pour savoir ce qui se passe. Et on ne peut que sourire en apprenant que la femme souffre depuis 12 ans, ce qui est exactement l’âge de la jeune fille qui aura ses règles 12 fois par an…N’oublions pas que chez les juifs, une femme qui a ses règles est une femme impure qui ne doit toucher personne, au même titre qu’un lépreux. Et pourtant, elle enfreint la loi pour toucher le manteau…

Que ce soit dans la main qui prend celle de la jeune fille ou dans le simple manteau de Jésus, on comprend bien le passage d’une forte énergie (dynamis en grec). Jésus sent qu’une force est sortie de lui. La foi nous transmet une force puissante.

Il va de soi qu’à la fin, nous allons tous mourir et que notre corps va s’arrêter de fonctionner. Ça ne veut absolument pas dire qu’il faille baisser les bras et se laisser abattre au premier microbe venu. Dans ce sens je ne suis pas certain de croire en la notion de destinée, comme quoi tout serait écrit d’avance. Ce n’est pas vrai. Les hôpitaux sont remplis de gens qui se battent contre la maladie, avec l’aide de soignants et de médicaments bien sûr. Mais tous les médecins vous le disent, dans ce combat de l’homme contre la maladie, la volonté de vivre peut faire la différence. Regardez ces handicapés qui font les jeux paralympiques, ces coureurs de marathon en petite chaise roulantes !  Toutes ce personnes qui se battent pour résister à une chimiothérapie ! Tous arrivent à modifier leur destinée, à s’adapter, à résister.

Résister, se battre, ne pas se laisser emporter, tout cela nécessite une énergie folle. Et pour ceux qui croient, la foi est tout-à-fait capable de fournir cette énergie formidable dont l’homme a besoin.

Et c’est cela qui dit Marc à ses frères de communauté : trouvons dans notre foi l’énergie pour résister. Et aujourd’hui, on voit qu’ils ont bien fait de résister, qu’ils ont réussi à modifier une trajectoire qui paraissait inéluctable, qu’ils ont infléchi une destinée. Et c’est grâce à cette énergie que nous sommes là aujourd’hui à en parler.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.