L’abbé des cochons

Mc 5, 1-20
janvier 30, 2023

Ils arrivèrent de l’autre côté de la mer, au pays des Géraséniens. Comme il descendait de la barque, un homme possédé d’un esprit impur vint aussitôt à sa rencontre, sortant des tombeaux. Il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus le lier, même avec une chaîne.

Car il avait été souvent lié avec des entraves et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes et brisé les entraves, et personne n’avait la force de le maîtriser. Nuit et jour, il était sans cesse dans les tombeaux et les montagnes, poussant des cris et se déchirant avec des pierres.

Voyant Jésus de loin, il courut et se prosterna devant lui. D’une voix forte il crie : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas. »

Car Jésus lui disait : « Sors de cet homme, esprit impur ! »

Il l’interrogeait : « Quel est ton nom ? » Il lui répond : « Mon nom est Légion, car nous sommes nombreux. » Et il le suppliait avec insistance de ne pas les envoyer hors du pays.

Or il y avait là, du côté de la montagne, un grand troupeau de porcs en train de paître. Les esprits impurs supplièrent Jésus en disant : « Envoie-nous dans les porcs pour que nous entrions en eux. » Il le leur permit. Et ils sortirent, entrèrent dans les porcs et le troupeau se précipita du haut de l’escarpement dans la mer ; il y en avait environ deux mille et ils se noyaient dans la mer.

Ceux qui les gardaient prirent la fuite et rapportèrent la chose dans la ville et dans les hameaux. Et les gens vinrent voir ce qui était arrivé. Ils viennent auprès de Jésus et voient le démoniaque, assis, vêtu et dans son bon sens, lui qui avait eu le démon Légion. Ils furent saisis de crainte.

Ceux qui avaient vu leur racontèrent ce qui était arrivé au démoniaque et à propos des porcs. Et ils se mirent à supplier Jésus de s’éloigner de leur territoire. Comme il montait dans la barque, celui qui avait été démoniaque le suppliait, demandant à être avec lui.

Jésus ne le lui permit pas, mais il lui dit : « Va dans ta maison auprès des tiens et rapporte-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde. » L’homme s’en alla et se mit à proclamer dans la Décapole tout ce que Jésus avait fait pour lui. Et tous étaient dans l’étonnement.

Commentaire

Un passage assez amusant, repris par Luc comme par Matthieu chez qui les démoniaques seront deux.

Es 65, 4 : « ils se tiennent dans des sépulcres, ils passent la nuit dans des grottes, ils mangent de la viande de porc et leurs plats ne sont qu’un brouet d’ordures ».

Encore une fois, il n’est pas question d’imaginer la scène, ni d’y trouver une quelconque vraisemblance, il convient juste de lire les informations, le message que Marc veut nous envoyer.

Les exorcismes fonctionnent aussi en terrain païen. Car nous sommes à l’est du lac, en Décapole. Plus que guérir un individu, il s’agit maintenant de la lutte de Dieu contre l’empire du mal, contre le royaume de Satan dans son ensemble (une légion sont 6.000 démons, enfilés dans les entrailles de 2.000 cochons). Le fait que le troupeau se jette dans l’eau signifie que le pays est libéré du mal, les démons ont disparu avec les cochons, il n’y a plus rien à craindre.

Mais, et c’est là un point important, les païens ne sont pas prêts à perdre leurs troupeaux pour sauver un individu. On peut voir là un manque de générosité et de clairvoyance de ceux qui ne connaissent pas Dieu.

Quant au démoniaque guéri, il doit proclamer l’œuvre de Dieu, et non celle de Jésus. Le mystère sur l’identité de Jésus demeure entier, ou presque.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
22232425262728
293031    
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.