Le dialogue du sourd-muet

Mc 7, 31-37
février 11, 2022

Jésus quitta le territoire de Tyr et revint par Sidon vers la mer de Galilée en traversant le territoire de la Décapole.

On lui amène un sourd qui, de plus, parlait difficilement et on le supplie de lui imposer la main. Le prenant loin de la foule, à l’écart, Jésus lui mit les doigts dans les oreilles, cracha et lui toucha la langue.

Puis, levant son regard vers le ciel, il soupira. Et il lui dit : « Ephphata », c’est-à-dire : « Ouvre-toi. » Aussitôt ses oreilles s’ouvrirent, sa langue se délia, et il parlait correctement.

Jésus leur recommanda de n’en parler à personne : mais plus il le leur recommandait, plus ceux-ci le proclamaient. Ils étaient très impressionnés et ils disaient : « Il a bien fait toutes choses ; il fait entendre les sourds et parler les muets. » 

Commentaire

Nous continuons en territoire païen avec un récit exclusif de Marc, la guérison d’un sourd-bègue. Alors que la Syro-phénicienne avait dû insister pour se faire entendre, ici Jésus soigne ce malade alors qu’il ne lui a rien demandé. Quelques détails nous montrent que cette fois-ci, il ne s’agit pas d’une guérison facile obtenue par un simple geste de la main : le malade est pris à part, on lui touche les oreilles, on lui met de la salive sur la bouche et Jésus doit lever les yeux au ciel pour lui dire « ouvre-toi ». Il y a donc une technique spécifique, il s’agit d’une guérison sur mesure. L’interdiction de parler à la foule est classique chez Marc, et l’étonnement de celle-ci aussi.

Quelques conclusions faciles : Jésus s’intéresse à chacun dans son identité, il faut bien entendre pour ne pas dire n’importe quoi, il est plus facile de faire parler un muet que de faire taire les bavards…

Le fond de l’histoire est comme toujours dans ce chapitre, une critique des pharisiens. Nous avons ici la description d’un baptême dans les premières communautés chrétiennes, au cours duquel on répliquait ces gestes des oreilles et de la bouche et on clamait ce mot « ouvre-toi ». Marc insiste bien sur l’usage de l’araméen et non sur l’hébreu de la Torah. Pour Jésus, la religion est proche du peuple, il s’adapte à chacun, il soigne les oreilles avant de parler, il se préoccupe de ce que chacun entende et comprenne. Il y a une désacralisation du rite pour une meilleure compréhension.

Faut-il ajouter que la bible de l’Ancien Testament ne fait presque pas référence aux sourds ?

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.