Le lunatique ne passera pas

Mc 9, 14-29
février 20, 2023

En venant vers les disciples, ils virent autour d’eux une grande foule et des scribes qui discutaient avec eux. Dès qu’elle vit Jésus, toute la foule fut remuée et l’on accourait pour le saluer.

Il leur demanda : « De quoi discutez-vous avec eux ? » Quelqu’un dans la foule lui répondit : « Maître, je t’ai amené mon fils : il a un esprit muet. L’esprit s’empare de lui n’importe où, il le jette à terre, et l’enfant écume, grince des dents et devient raide. J’ai dit à tes disciples de le chasser, et ils n’en ont pas eu la force. »

Prenant la parole, Jésus leur dit : « Génération incrédule, jusqu’à quand serai-je auprès de vous ? Jusqu’à quand aurai-je à vous supporter ? Amenez-le-moi. »

Ils le lui amenèrent. Dès qu’il vit Jésus, l’esprit se mit à agiter l’enfant de convulsions ; celui-ci, tombant par terre, se roulait en écumant. Jésus demanda au père : « Depuis combien de temps cela lui arrive-t-il ? » Il dit : « Depuis son enfance. Souvent l’esprit l’a jeté dans le feu ou dans l’eau pour le faire périr. Mais si tu peux quelque chose, viens à notre secours, par pitié pour nous. »

Jésus lui dit : « Si tu peux ! … Tout est possible à celui qui croit. »

Aussitôt le père de l’enfant s’écria : « Je crois ! Viens au secours de mon manque de foi ! » Jésus, voyant la foule s’attrouper, menaça l’esprit impur : « Esprit sourd et muet, je te l’ordonne, sors de cet enfant et n’y rentre plus ! » Avec des cris et de violentes convulsions, l’esprit sortit. L’enfant devint comme mort, si bien que tous disaient : « Il est mort. »

Mais Jésus, en lui prenant la main, le fit lever et il se mit debout. Quand Jésus fut rentré à la maison, ses disciples lui demandèrent en particulier : « Et nous, pourquoi n’avons-nous pu chasser cet esprit ? »

Il leur dit : « Ce genre d’esprit, rien ne peut le faire sortir, que la prière. »

Commentaire

L’épilepsie est une maladie de choix pour les mages, les guérisseurs et les exorcistes. C’est une maladie très ancienne dont on n’a commencé à comprendre la cause qu’au milieu du 19ème siècle : elle laissait donc libre cour à l’imagination. Les Grecs l’appelaient la maladie sacrée, car elle était considérée comme le fruit d’un péché contre la déesse Lune, on appelait les malades des lunatiques. Elle était fréquente chez les enfants et les crises étaient déjà très impressionnantes, sans possibilité de les arrêter. On pensait que le mal était dû à un excès de phlegme dans le corps, à trop d’humidité, une humeur froide dans le cerveau de l’enfant. Et on pensait que c’était une maladie contagieuse.

Les solutions pour traiter l’épilepsie étaient les suivantes :

  • Plonger le nouveau-né dans l’eau froide et tuer ceux qui étaient atteints de convulsions
  • Contrôler la nourrice, n’utiliser les services que de femmes parfaites en termes de santé
  • La nourrice devait en particulier éviter de manger du céleri.
  • L’isolement était de rigueur pour éviter la contagion
  • On suggérait une vie simple, saine et tranquille, en cas de crise, vomitifs et purgatifs pouvaient être d’un grand secours, ainsi qu’un peu d’hydromel dans la bouche de l’enfant ; il fallait « assécher » l’enfant. Certains ont même promu les violences sexuelles comme moyen de remettre les idées en place, et puis on s’est rendu compte que les violences sexuelles pouvaient aussi déclencher des crises d’épilepsie chez des enfants qui n’en avaient pas.
  • Les mages recourraient à l’usage d’amulettes et de traitement à base d’abats de chèvre ou d’âne, ainsi que diverses séances d’incantation
  • Les guérisseurs utilisaient volontiers la racine de pivoine
  • Les exorcistes enfin, étaient connus pour un certain nombre de succès dans ce domaine.

Voilà ce que nous pouvons dire aujourd’hui du traitement de cette maladie ; c’est la découverte de la neurologie et du bromure qui ont permis les premiers progrès médicaux.

Marc pas plus que nous ne comprenait le mécanisme physiologique de l’exorcisme (un choc nerveux peut-être, car un exorcisme se doit d’être violent). L’important est la question de la foi ; sans elle aucun miracle n’est possible. Et si les disciples n’y arrivent pas, c’est qu’ils n’ont pas encore assez de foi. La prière et le jeûne peuvent aider, surtout à trouver la patience que cette maladie régresse, ce qui était parfois le cas chez les jeunes adultes.

Saint-Valentin serait le saint patron des épileptiques…l’amour fou nous fait parfois perdre le contrôle de nous-même, c’est surement pour cela.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
   1234
26272829   
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.