Le martyre du baptiste

Mc 6, 17-29
août 29, 2023

En effet, Hérode avait fait arrêter Jean et l’avait enchaîné en prison, à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe, qu’il avait épousée. Car Jean disait à Hérode : « Il ne t’est pas permis de garder la femme de ton frère. »

Aussi, Hérodiade le haïssait et voulait le faire mourir, mais elle ne le pouvait pas,car Hérode craignait Jean, sachant que c’était un homme juste et saint, et il le protégeait. Quand il l’avait entendu, il restait fort perplexe ; cependant il l’écoutait volontiers.

Mais un jour propice arriva lorsque Hérode, pour son anniversaire, donna un banquet à ses dignitaires, à ses officiers et aux notables de Galilée. La fille de cette Hérodiade vint exécuter une danse et elle plut à Hérode et à ses convives. Le roi dit à la jeune fille : « Demande-moi ce que tu veux et je te le donnerai. » Et il lui fit ce serment : « Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, serait-ce la moitié de mon royaume. »

Elle sortit et dit à sa mère : « Que vais-je demander ? » Celle-ci répondit : « La tête de Jean le Baptiste. » En toute hâte, elle rentra auprès du roi et lui demanda : « Je veux que tu me donnes tout de suite sur un plat la tête de Jean le Baptiste. »

Le roi devint triste, mais, à cause de son serment et des convives, il ne voulut pas lui refuser. Aussitôt le roi envoya un garde avec l’ordre d’apporter la tête de Jean. Le garde alla le décapiter dans sa prison, il apporta la tête sur un plat, il la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère.

Quand ils l’eurent appris, les disciples de Jean vinrent prendre son cadavre et le déposèrent dans un tombeau.

Commentaire

Nous avons lu la version de Matthieu le 5 de ce mois-ci, Mt 14,3-12 et peut-être pourrions-nous profiter de cette répétition pour faire un petit exercice de lecture comparée.

Tout d’abord, il faut bien constater que Luc ne parlera presque pas de l’arrestation de Jean- Baptiste, deux lignes au plus : Lc 3,19 « Mais Hérode le tétrarque, qu'il blâmait au sujet d'Hérodiade, la femme de son frère, et de tous les forfaits qu'il avait commis, ajouta encore ceci à tout le reste : il enferma Jean en prison ». C’est ainsi qu’il termine un petit chapitre sur la figure de Jean-Baptiste. Pourquoi ne reprend-t ’il pas le développement sur le martyre du Baptiste ? Nul ne sait.

En fait cette histoire de la dance de Salomé est une tradition orale populaire de la Galilée du 1er siècle. Le peuple n’aimait pas Hérode Antipas et inventait de nombreuses histoires sur ce qui pouvait bien se passer dans ce grand château qu’il avait construit à Tibériade. Le disparition de Jean faisait couler beaucoup d’encre... Donc Marc reprend ce texte en 65 et l’intègre dans son évangile, en gardant une version plutôt longue et colorée. Matthieu fera de même 15 ans après, sans qu’on sache s’il avait eu accès au texte de Marc ; sa version sera beaucoup plus courte.

Dans les deux cas, Jean aurait été emprisonné à cause de ses commentaires à propos de la relation d’Hérode avec Hérodiade, sa belle-sœur…ou bien plutôt pour des raisons politiques que les évangélistes n’ont pas retenues.

Pour Matthieu, Hérode avait peur de la foule qui voyait un prophète en la figure du Baptiste ; alors que pour Marc, Hérode craignait Jean, un homme juste et saint qu’il protégeait. Hérode qui viendrait discuter avec le Baptiste en prison…bizarre.

Hérode chez Marc propose la moitié de son royaume à la petite, tout comme on trouve cela dans le livre d’Esther 5.3. Chez Matthieu, Hérode n’ira pas jusque-là.

La fin du texte est assez semblable, Hérode est triste et la tête de Jean-Baptiste circule de façon assez macabre du garde à la mère en passant par la fille.

Chez Matthieu, les disciples de Jean viennent prévenir Jésus, ce qui suppose une certaine relation, une certaine connivence, voire une certaine sympathie entre les équipes des deux cousins. Marc lui tient à démontrer que les cousins se suivent, et que c’est la mort du Baptiste qui va déclencher la vie publique de Jésus.

Comme on le voit, il n’y a pas que des différences de style dans les évangiles : On dit que Marc est poète, que Matthieu est romancier et Luc conteur (pas vraiment aujourd’hui). Jean et Paul seront eux penseurs. Il y a surtout des différences de message à passer à des lecteurs différents, à des époques différentes, dans des contextes différents.

Bref, la vérité de l’évangile est à prendre au sérieux, mais à la comprendre surtout.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
22232425262728
2930     
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.