Les douze en mission

Mc 6, 7-13
février 3, 2022

Il fait venir les Douze. Et il commença à les envoyer deux par deux, leur donnant autorité sur les esprits impurs. Il leur ordonna de ne rien prendre pour la route, sauf un bâton : pas de pain, pas de sac, pas de monnaie dans la ceinture, mais pour chaussures des sandales, « et ne mettez pas deux tuniques ».

Il leur disait : « Si, quelque part, vous entrez dans une maison, demeurez-y jusqu’à ce que vous quittiez l’endroit. Si une localité ne vous accueille pas et si l’on ne vous écoute pas, en partant de là, secouez la poussière de vos pieds : ils auront là un témoignage. » Ils partirent et ils proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils chassaient beaucoup de démons, ils faisaient des onctions d’huile à beaucoup de malades et ils les guérissaient.

Commentaire

Il s’agit d’un texte important chez Marc. Nous sommes juste après l’échec de la prestation à la synagogue de Jérusalem et Jésus décide d’envoyer ses hommes en mission. Il est important ce passage car l’envoi en mission est une clef pour comprendre la foi chrétienne. Il en choisit 12, mais on sait bien que le chiffre 12 a son importance, et pas qu’à cause des 12 tribus d’Israël. Quand Jésus en choisit 12, cela veut dire qu’il s’adresse à toute son église, et non pas qu’aux 12 choisis. Et donc c’est bien chaque chrétien qui entend aujourd’hui cet envoi en mission. Il n’est pas possible de se dire chrétien sans devoir assumer un peu de charge missionnaire.

Alors le but principal de la mission selon Jésus : lutter contre les esprits impurs, cad lutter contre le mal, contre Satan. Si on essaie de traduire cela en notre langage moderne, il dit à ses disciples de remettre d’aplomb ceux qui ne le sont plus, qu’ils soient fous, malades, ou qu’ils fassent le mal. C’est pour cela qu’en conclusion on dira qu’en plus de chasser les démons, ils guérissaient les malades. Sans oublier de proclamer la nécessité de se convertir.

Partir deux par deux, pour s’épauler. Ce que l’Eglise a oublié de faire trop souvent, quand on voit encore aujourd’hui tant de prêtres seuls et isolés. Partir dans le plus grand dénuement, pour ne pas provoquer l’envie, pour afficher une pauvreté qui va de pair avec une humilité. Ne pas changer sans arrêt de maison, pour montrer une certain attachement aux hôtes et ne pas tomber dans l’image du juif errant, pour montrer une certaine tranquillité.

Et puis, si ça ne marche pas, on n’insiste pas, on s’en va dans un autre village. En secouant la semelle de sandales on montre que l’on n’emporte rien, même pas un peu de poussière, que nous sommes quittes et sans dettes. Il n’est pas certain que les missions aient toujours été comme cela, mais enfin…c’était cela l’idée au début.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.