Et sur cette pierre je bâtirai mon église

Mt 16, 13-19
février 22, 2022

Arrivé dans la région de Césarée de Philippe, Jésus interrogeait ses disciples : « Au dire des hommes, qui est le Fils de l’homme ? »

Ils dirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Elie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Il leur dit : « Et vous, qui dites-vous que je suis ? »

Prenant la parole, Simon-Pierre répondit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. »

Reprenant alors la parole, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon fils de Jonas, car ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.

Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et la Puissance de la mort n’aura pas de force contre elle. Je te donnerai les clés du Royaume des cieux ; tout ce que tu lieras sur la terre sera lié aux cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié aux cieux. »

Commentaire

Une version un peu différente de Marc 8, 27-37 et de son « arrière Satan ». Ici Matthieu a rajouté « le Fils du Dieu Vivant », le Dieu vivant étant une expression juive assez répandue dans l’Ancien Testament pour montrer un Dieu qui agit et dénoncer ainsi l’impuissance des idoles muettes. Nous sommes en effet à Césarée de Philippe, une terre païenne.

Et puis bien sûr il y a le passage de Jésus qui confie son église à Pierre, un point sensible dans les relations entre Catholiques et Protestants, même si ceux-ci sont actuellement plutôt d’accord pour dire que Jésus a choisi Pierre (Simon en fait) parce qu’il était le seul qui soit assez fort et compètent dans le groupe des disciples. Ce ne serait donc pas à cause de sa confession inédite (tu es le Christ) comme l’Eglise catholique le professait, mais pour sa compétence que Pierre a été choisi. D’ailleurs les protestants ont toujours souligné que Matthieu indique bien que c’est Dieu qui est à la manœuvre, et non Pierre, ni encore moins les Papes qui lui succèderont.

Dans la tradition juive, un messie ne peut venir qu’au sein d’une communauté messianique de personnes appelées, qui ne mourront jamais. Et c’est de cette communauté que Jésus parle. Les clefs ne sont ni celles de la porte du paradis, ni celle d’un coffre contenant des secrets : c’est une expression qui est liée aux verbe « lier et délier », « interdire et permettre », « absoudre ou retenir les péchés », qui correspondait aux pouvoirs d’enseigner et de confesser. C’est une conception très juive d’une communauté dont l’accès est limité, et au pouvoir du chef d’exclure ou de réintroduire des membres pécheurs.

L’important est de comprendre que bien avant que s’accomplissent la passion et la résurrection, Jésus-Christ était déjà en train d’organiser sa communauté. Il s’agit vraiment du début de la foi chrétienne, directement liée à la réponse au « pour vous, qui suis-je ? ». Le rappel de ce qui sera lié ou délié sur terre par rapport aux cieux, permet de bien identifier la communauté chrétienne aux enfants de Dieu.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.