La deuxième multiplication des pains

Mt 15,29-37
décembre 1, 2021

De là Jésus gagna les bords de la mer de Galilée. Il monta dans la montagne, et là il s’assit. Des gens en grande foule vinrent à lui, ayant avec eux des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets et bien d’autres encore. Ils les déposèrent à ses pieds, et il les guérit.

Aussi les foules s’émerveillaient-elles à la vue des muets qui parlaient, des estropiés qui redevenaient valides, des boiteux qui marchaient droit et des aveugles qui recouvraient la vue. Et elles rendirent gloire au Dieu d’Israël.

Jésus appela ses disciples et leur dit : « J’ai pitié de cette foule, car voilà déjà trois jours qu’ils restent auprès de moi, et ils n’ont pas de quoi manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun : ils pourraient défaillir en chemin. »

Les disciples lui disent : « D’où nous viendra-t-il dans un désert assez de pains pour rassasier une telle foule ? »

Jésus leur dit : « Combien de pains avez-vous ? » — « Sept, dirent-ils, et quelques petits poissons. »

Il ordonna à la foule de s’étendre par terre, prit les sept pains et les poissons, et, après avoir rendu grâce, il les rompit et les donnait aux disciples, et les disciples aux foules.

Et ils mangèrent tous et furent rassasiés ; on emporta ce qui restait des morceaux : sept corbeilles pleines.

Commentaire

Nous avons là un classique du miracle, c’est en fait la deuxième multiplication des pains chez Matthieu (la première est plus tôt en 14,13-21, il n’y a que des hébreux et il reste 12 corbeilles). L’idée de Matthieu est de montrer aux juifs que la nourriture (spirituelle) de Jésus s’adresse autant aux païens qu’aux juifs car la cour des miracles qu’il nous décrit est constituée de juifs hébreux d’une part, mais aussi de païens qui ont suivi Jésus depuis les villes de Tyr et de Sidon ; donc le message c’est : le coup de la multiplication des pains que je vous ai fait la dernière fois, je vous le ressert, mais avec des païens aussi.

Comme toujours dans ce genre de texte, il y a plein de messages cachés sur le nombre de corbeilles, le fait d’organiser les choses en faisant asseoir la foule par terre, le fait que Jésus rompt le pain et rend grâce (une habitude juive au début des repas) mais que ce sont les disciples qui font la distribution, etc…

Moi ce que j’aime le plus est la question de l’humanité et de la solidarité. Jésus, tout Dieu qu’il est (si j’ose dire) se préoccupe du peuple qui a faim ; moi qui suis humain et qui donc devrais me sentir assez concerné par les besoins nutritionnels de mes congénères, ça m’arrive assez souvent d’oublier ceux qui ont faim. Et l’autre aspect qui me touche est l’idée que si je fais le peu qui est en mon pouvoir, alors Dieu pourvoira au reste. Donc pas d’excuse pour ne rien faire.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.