Laisse les morts enterrer leurs morts

Mt 8, 18-22
juin 27, 2022

Voyant de grandes foules autour de lui, Jésus donna l’ordre de s’en aller sur l’autre rive.

Un scribe s’approcha et lui dit : « Maître, je te suivrai partout où tu iras. »

Jésus lui dit : « Les renards ont des terriers et les oiseaux du ciel des nids ; le Fils de l’homme, lui, n’a pas où poser la tête. »

Un autre des disciples lui dit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. »

Mais Jésus lui dit : « Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts. »

Commentaire

Nous avons ici la version plus courte de Matthieu de l’évangile d’hier par Luc. Concernant les rites funéraires juifs au temps de Jésus :

Les soins du corps : on ferme les yeux, et éventuellement les autres orifices (mis en cause par le Talmud pour risque d’accélérer le départ de certains mourants), on lave le cadavre, on l’enduit d’huiles aromatiques, on le place dans un linceul blanc (souvent deux, un pour le corps et l’autre pour la tête), on baise le mort et on l’emporte en cortège sur une civière, la tête dégagée à la vue de tous. Arrivé au cimetière, on couvre la tête et on l’ensevelit, si possible avec les siens, on met une stèle.

Les vêtements de deuil : on commence tout d’abord par déchirer son vêtement avant de se couvrir d’un sac en étoffe rugueuse, on va pieds-nus et on se rase la tête, et surtout on couvre la barbe. On en profitera pour s’asseoir quand on le peut non pas sur un siège mais plutôt sur un tas de terre ou de cendres, on pourra éventuellement se rouler dedans ou s’en frotter le visage. On ne se lavera pas pendant le deuil (30 jours).

Lamentations : elles sont permanentes, sonores et pleurées. On peut utiliser les services de pleureuses professionnelles. Il est important d’exprimer sa douleur ; la perte d’un enfant unique est en haut de l’échelle. On peut hurler, crier ou gémir, une alternance des trois étant le mieux. Tout cela en tout cas lorsqu’on est proche du cadavre.

Purification : il convient de suivre en suite plusieurs bains de purification, car on se souvient que les cadavres sont impurs.

Jésus veut changer les habitudes et donner moins d’importance à la mort terrestre, pour se centrer sur la vie éternelle.

Et puis sur le chemin de Jérusalem, il est bon de se souvenir de ce poème du 19ème :

Partir, c'est mourir un peu,

C'est mourir à ce qu'on aime :

On laisse un peu de soi-même

En toute heure et dans tout lieu.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031    
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.