Le secret de Dieu

Mt 6, 1-6.16-18
février 22, 2023

Gardez-vous de pratiquer votre religion devant les hommes pour attirer leurs regards ; sinon, pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.

Quand donc tu fais l’aumône, ne le fais pas claironner devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, en vue de la gloire qui vient des hommes. En vérité, je vous le déclare : ils ont reçu leur récompense. Pour toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites qui aiment faire leurs prières debout dans les synagogues et les carrefours, afin d’être vus des hommes. En vérité, je vous le déclare : ils ont reçu leur récompense. Pour toi, quand tu veux prier, entre dans ta chambre la plus retirée, verrouille ta porte et adresse ta prière à ton Père qui est là dans le secret. Et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Quand vous jeûnez, ne prenez pas un air sombre, comme font les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. En vérité, je vous le déclare : ils ont reçu leur récompense. Pour toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage, pour ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais seulement à ton Père qui est là dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Commentaire

L’aumône, la prière et le jeûne sont les 3 composants principaux de la pénitence qui ont remplacé prière, sac et cendre de l’Ancien Testament :

Daniel : 9.3 « Je tournai ma face vers le Seigneur Dieu en quête de prière et de supplications, avec jeûne, sac et cendre. »

Jonas 3.6 « La nouvelle parvint au roi de Ninive. Il se leva de son trône, fit glisser sa robe royale, se couvrit d'un sac, s'assit sur de la cendre. »

L’aumône est une des obligations des fidèles juifs :

Deutéronome 14.28 « Au bout de trois ans, tu prélèveras toute la dîme de tes produits de cette année-là, mais tu les déposeras dans ta ville. Alors viendront le lévite — lui qui n'a ni part ni patrimoine avec toi — l'émigré, l'orphelin et la veuve qui sont dans tes villes, et ils mangeront à satiété, pour que le SEIGNEUR ton Dieu te bénisse dans toutes tes actions. »

Deutéronome15.7 : « S'il y a chez toi un pauvre, l'un de tes frères, dans l'une de tes villes, dans le pays que le SEIGNEUR ton Dieu te donne, tu n'endurciras pas ton cœur et tu ne fermeras pas ta main à ton frère pauvre, mais tu lui ouvriras ta main toute grande et tu lui consentiras tous les prêts sur gages dont il pourra avoir besoin. »

Proverbes 19.17 « Celui qui a pitié du faible prête au SEIGNEUR qui le lui rendra. » Un Proverbe très intéressant dans lequel on peut lire aussi :  « les querelles de femmes : une gouttière qui ne cesse de couler. »

Le jeûne, qui n’est officiellement obligatoire que pour le jour de Yom Kippour (Lv 16, 29-31) est en revanche abondamment pratiqué :

Juges 20.26 « Tous les enfants d'Israël et tout le peuple montèrent et vinrent à Béthel ; ils pleurèrent et restèrent là devant l'Éternel, ils jeûnèrent en ce jour jusqu'au soir, et ils offrirent des holocaustes et des sacrifices d'actions de grâces devant l'Éternel ».

Exode 34.8 « Moïse fut là avec l'Éternel quarante jours et quarante nuits. Il ne mangea point de pain, et il ne but point d'eau. Et l'Éternel écrivit sur les tables les paroles de l'alliance, les dix paroles. »

Un jeûne certes souvent pratiqué, mais aussi abondamment critiqué dès les temps anciens :

Esaïe 58.4 « Or vous jeûnez tout en cherchant querelle et dispute et en frappant du poing méchamment ! Vous ne jeûnez pas comme il convient en un jour où vous voulez faire entendre là-haut votre voix. Doit-il être comme cela, le jeûne que je préfère, le jour où l'homme s'humilie ? S'agit-il de courber la tête comme un jonc, d'étaler en litière sac et cendre ? Est-ce pour cela que tu proclames un jeûne, un jour en faveur auprès du SEIGNEUR ? Le jeûne que je préfère, n'est-ce pas ceci : dénouer les liens provenant de la méchanceté, détacher les courroies du joug, renvoyer libres ceux qui ployaient, bref que vous mettiez en pièces tous les jougs ! »

Matthieu n’est donc pas le premier à mettre en cause la bonne foi des fidèles juifs à l’heure de la pénitence. Alors que l’on sort du discours « on vous a dit, moi je vous dis », Matthieu met en cause l’hypocrisie du peuple juif, sa propension à mettre en scène la pratique de la foi pour impressionner le public. Le sujet est clairement celui de la pureté de l’intention.

Bien sûr les juifs de l’époque ont quelques circonstances atténuantes : Il nous faut garder en mémoire qu’à l’époque de Jésus, la prière juive est publique (il faut être 10) et qu’elle se fait à des heures précises, que l’aumône se fait dans la rue en cash (pas de IBAN ni de transfert bancaire) et que le jeûne est toujours accouplé à un repos strict, ce qui chez les juifs, peut prendre une dimension insoupçonnée.

Et Matthieu de nous rappeler à l’intimité de notre relation à Dieu, celle qui se développe dans le secret. Il nous dit tout simplement qu’avec Dieu, on ne triche pas. Et que la discrétion ne saurait être un frein à la piété, voire au contraire.

Mais on ne parle pas que de discrétion ici, on parle surtout d’une véritable révolution de la relation à Dieu, le fait que chacun puisse le rencontrer dans le secret de sa sphère privée, en dehors du temple ou de la synagogue, tout cela est complètement nouveau.

Calendrier

lunmarmerjeuvensamdim
22232425262728
293031    
       
  12345
2728     
       
28      
       
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     
       
Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.