L’envoi en mission des douze

Mt 9,35-10, 1.5a.6-8
décembre 4, 2021

Jésus parcourait toutes les villes et les villages, il y enseignait dans leurs synagogues, proclamant la Bonne Nouvelle du Royaume et guérissant toute maladie et toute infirmité.

Ayant fait venir ses douze disciples, Jésus leur donna autorité sur les esprits impurs, pour qu’ils les chassent et qu’ils guérissent toute maladie et toute infirmité.

Ces douze, Jésus les envoya en mission avec les instructions suivantes : « Ne prenez pas le chemin des païens
allez plutôt vers les brebis perdues de la maison d’Israël.

En chemin, proclamez que le Règne des cieux s’est approché.

Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

Commentaire

Il s’agit de la fin du chapitre des miracles et du début de ce qu’on appelle le discours missionnaire ou apostolique. En fait Jésus est un peu « dépassé » par la multitude qui cherche à se faire soigner, il fait allusion à une moisson abondante et au manque de moissonneurs. Et donc ils donne ses pouvoirs aux douze et les envoie en mission. Et pour cette première mission il leur conseille la tactique de se concentrer sur le peuple juif plutôt que de partir plus loin chez les païens. La démultiplication de son œuvre.

Il y a un point important dans la dernière ligne : la question de la gratuité. Jésus ne se fait pas payer, il ne fait pas commerce de ses dons de guérisseur et rappelle continuellement que ce n’est pas lui qui est en cause, mais plutôt son Père et la foi de ses patients. Nous avons déjà rencontrée le mélange subtil entre l’esprit et le corps, le traitement de la maladie et le pardon des péchés. L’argent et Jésus ne font pas bon ménage.

Cela n’a pas empêché l’église de faire de la pénitence un commerce, celui des indulgences, cad que les fidèles pouvaient éventuellement « acheter » le pardon des prêtres contre de l’argent ou tout autre « bienfait ». Cette pratique pouvait s’étendre à une personne décédée, les héritiers prenant en charge un billet en direction du paradis pour l’aïeul défunt… En 1500, deux papes avaient trouvé comme solution pour financer la construction de la Basilique de Rome de vendre des indulgences à ceux qui en avaient les moyens. Et cela a été le point de départ de la séparation entre catholiques et protestants, car Luther ayant découvert cette astuce, l’a dénoncée comme un scandale d’église.

Comme quoi l’argent ne fait pas toujours le bonheur !

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.