Les deux fils et la vigne

Mt 21, 28-32
décembre 14, 2021

« Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. S’avançant vers le premier, il lui dit : “Mon enfant, va donc aujourd’hui travailler à la vigne.” Celui-ci lui répondit : “Je ne veux pas” ; un peu plus tard, pris de remords, il y alla.

S’avançant vers le second, il lui dit la même chose. Celui-ci lui répondit : “J’y vais, Seigneur” ; mais il n’y alla pas.

Lequel des deux a fait la volonté de son père ? » — « Le premier », répondent-ils. Jésus leur dit : « En vérité, je vous le déclare, collecteurs d’impôts et prostituées vous précèdent dans le Royaume de Dieu.

En effet, Jean est venu à vous dans le chemin de la justice, et vous ne l’avez pas cru ; collecteurs d’impôts et prostituées, au contraire, l’ont cru. Et vous, voyant cela, vous ne vous êtes pas dans la suite davantage repentis pour le croire. »

Commentaire

Et la suite au prochain épisode c’est maintenant : car Jésus, après avoir répondu par une pirouette, va se montrer un peu plus mordant. Toute la discussion avec les prêtres juifs va tourner autour de la question : Qui fait effectivement la volonté de Dieu ? Moi ou vous ?

Il faut un peu mieux entrer dans l’histoire de Jean-Baptiste pour bien comprendre : son père Zacharie, celui qui est resté muet pendant le temps de la grossesse d’Elizabeth sa femme, était un des prêtres du temple de Jérusalem, il faisait donc partie de l’autorité religieuse. Or Jean a refusé de devenir prêtre comme son père pour prendre un chemin de traverse et vivre dans la pauvreté au désert à proclamer la bonne nouvelle et à baptiser les gens selon le rituel juif ; il a choisi ce qui lui est paru un chemin plus juste, plus authentique, plus transparent. Il a pensé plus important d’appeler les gens à la conversion par le baptême que d’offrir des sacrifices au temple. Et c’est probablement pour cette raison que les prêtres se sont refusés à voir en lui un vrai prophète, car comme le disait Brassens, « les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux »

Mais le peuple des petits, les prostituées, les marginaux, les collecteurs d’impôt, eux ont bien entendu la parole véritable proclamée par Jean, ils ont adhéré à son prêche sans se préoccuper de connaître l’opinion des gens du temple. Et c’est là que Jésus enfonce le clou en disant aux prêtres que par manque d’humilité, ils ont tout simplement refusé de reconnaître leur erreur.

J’aime bien cette histoire. D’abord parce qu’elle nous parle bien de la forme et du fond, du dire et du faire et l’acceptation des gens différents. Ensuite parce qu’elle nous rappelle que c’est important de toujours se poser la question de savoir si on a raison ou pas, comme de savoir reconnaître ses erreurs. Enfin parce que j’aime cette notion de la deuxième chance : le fils a dit non, et puis dans un deuxième temps, il a fait ce qu’il devait faire. Les prêtres parce qu’ils n’ont pas reconnu officiellement Jean-Baptiste, et que dans un deuxième temps, ils auraient pu le faire.

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.