Les textes juifs

Mt 6, 1-6.16-18
juin 15, 2022

« Gardez-vous de pratiquer votre religion devant les hommes pour attirer leurs regards ; sinon, pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.

Quand donc tu fais l’aumône, ne le fais pas claironner devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, en vue de la gloire qui vient des hommes. En vérité, je vous le déclare : ils ont reçu leur récompense.

Pour toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

« Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites qui aiment faire leurs prières debout dans les synagogues et les carrefours, afin d’être vus des hommes. En vérité, je vous le déclare : ils ont reçu leur récompense.

Pour toi, quand tu veux prier, entre dans ta chambre la plus retirée, verrouille ta porte et adresse ta prière à ton Père qui est là dans le secret. Et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

« Quand vous jeûnez, ne prenez pas un air sombre, comme font les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. En vérité, je vous le déclare : ils ont reçu leur récompense.

Pour toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage, pour ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais seulement à ton Père qui est là dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Commentaire

L’aumône, la prière et le jeûne étant les trois pratiques fondamentales de la foi juive, on comprend bien que Jésus touche un point sensible. Vous pouvez retourner lire mon commentaire sur le texte du 2 février. Je voudrais vous parler des textes juifs.

Il y a les textes des choses révélées, qui sont les grands textes constitutifs du canont hébraïque (Tanakh= Torah, Nevim et Ketouvim)  :  La Torah (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome), les prophètes (les premiers, les derniers et les 12) et un certain nombre d’écrits (psaumes, proverbes, Job…). Ce canon, comme l’indique sa définition, est un ensemble de textes commun à toutes les communautés (définit en +200)

Il y a aussi des textes d’interprétations (la force de la religion juive est une permanente réflexion sur les textes), les choses cachées :

  • Les commentaires des textes narratifs qui constituent l’Aggada, et dont les éléments les plus connus sont les Midrash édités en +200/+400, qui sont de véritables homélies que le public adore (tout comme les Targums, les traductions de la bible de l’hébreu en araméen, qui pouvaient être assez éloignées du texte final mais que les gens avaient plaisir à comprendre).
  • Les commentaires sur les textes juridiques qui constituent la Halakah, le plus connu étant la Mishna (+200) et la Guemara (commentaire de la Mishna). La Mishna regroupe un commentaire de lois classées par chapitre (Semences, fêtes, femmes, dommages, objets sacrés et puretés). Mishna et Guemara constituent le Talmud, celui de Jérusalem et celui de Babylone. Leur constitution s’étale entre 2ème et 5ème siècle

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.