Les juifs de Jésus

Pas d’évangile le samedi de Pâques
avril 16, 2022

Commentaire sur les groupes de juifs au temps de Jésus

Les Pharisiens, dont le nom veut dire « séparés » car ils voulaient se séparer de l’impureté et de l’impiété. Un grand nombre de scribes sont pharisiens ; ils ne sont plus impliqués en politique mais ils sont très présents auprès du peuple. Certains comme Hillel et Shammaï sont devenus célèbres. Jésus est proche d’eux sur de nombreux points. Ils sont très branchés sur une pratique scrupuleuse des textes et des règles de pureté, mais ils sont aussi très attentifs aux textes d’interprétation des anciens, des Pères. Ils ont développé de nombreuses synagogues, ont crée la fête des Tentes, ont apporté certaines améliorations au système judiciaire et ils veulent faire du Sabbat un jour de joie (une pratique pas aussi rigoureuse qu’on veut bien le dire). Ils sont très à cheval sur les règles de pureté, ce qui élimine automatiquement certaines professions ou certaines personnes. Ils croient en la résurrection des morts, aux anges et aux esprits. Donc, on pourrait dire que les pharisiens sont globalement assez proches des catholiques ; le seul point sur lequel Jésus n’est vraiment pas d’accord est le poids qui est donné au pur et à l’impur, et cette volonté de faire un « club de purs ». On comprend pourquoi Jésus insiste autant sur la place des pauvres, des pécheurs et des prodtitués…

Les Sadducéens, qui seraient liés au prêtre Sadoq au temps de Salomon, sont membres de l’aristocratie. Ils sont importants au temps de Hérode, et de nombreux grand-prêtres sortent de leurs rangs. Ce sont eux qui ont négocié avec les Romains. Ils ne reconnaissent que la loi écrite et récusent les traditions des Pères. Ce sont eux les responsables de la mort de Jésus car ils n’attendaient pas de messie. Ils affirment la primauté de la liberté humaine et pensent que Dieu ne s’intéresse absolument pas à la vie des hommes.  En politique, il suivent le idées des pharisiens car ils n’ont que peu de contact avec le peuple. Pour eux, l’âme meurt en même temps que le corps Ils auront vite disparu.

Les Esséniens sont de farouches partisans de l’observance de la Loi. Ils vivent en communauté avec pureté radicale et partage des biens. La communauté de Qumran est une secte dissidente des Esséniens. Pour eux, l’âme est éternelle et tout dépend de la volonté de Dieu.

Il existe enfin des mouvements baptistes (comme ceux qui suivaient Jean-Baptiste). Jésus est sorti de ce mouvement pour créer le sien, ce qui explique probablement leurs relations tendues.

Être scribe est une profession ; on en trouve à tous les niveaux de l’échelle sociale, ils sont les spécialistes des écritures, ils sont normalement bureaucrates dans le gouvernement ou au temple de Jérusalem. Matthieu fait un amalgame entre scribes et pharisiens, mais il n’est pas du tout certains que les scribes aient été opposés à Jésus. Il faut enfin savoir que l’enseignement juif dans les synagogues ne se fait pas vraiment à partir des textes originaux, mais plutôt des Targums qui sont des traductions de l’hébreu vers l’araméen. On lit le texte original en hébreu auquel personne ne comprend rien, puis on l’explique par le Targum. Dans un deuxième temps, on publiera une version écrite du Targum pour transmettre les traditions.  On croise volontiers la lecture de la Torah avec les prophètes, et on adore manier les citations de l’écriture pour donner un sens particulier au thème développé. C’est sur cette base de Targum que les évangélistes ont travaillé. L’évangile de Jean est assez proche des targums : le texte biblique est enrichi d’interprétations messianiques, l’eschatologie est accentuée, on y trouve le même sens du péché, de la sainteté des patriarches, de la transcendance divine : « La parole est devenue chair et elle a habité parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire » (Jn 1,14)

Commentaire

Commentaire sur les groupes de juifs au temps de Jésus

Les Pharisiens, dont le nom veut dire « séparés » car ils voulaient se séparer de l’impureté et de l’impiété. Un grand nombre de scribes sont pharisiens ; ils ne sont plus impliqués en politique mais ils sont très présents auprès du peuple. Certains comme Hillel et Shammaï sont devenus célèbres. Jésus est proche d’eux sur de nombreux points. Ils sont très branchés sur une pratique scrupuleuse des textes et des règles de pureté, mais ils sont aussi très attentifs aux textes d’interprétation des anciens, des Pères. Ils ont développé de nombreuses synagogues, ont crée la fête des Tentes, ont apporté certaines améliorations au système judiciaire et ils veulent faire du Sabbat un jour de joie (une pratique pas aussi rigoureuse qu’on veut bien le dire). Ils sont très à cheval sur les règles de pureté, ce qui élimine automatiquement certaines professions ou certaines personnes. Ils croient en la résurrection des morts, aux anges et aux esprits. Donc, on pourrait dire que les pharisiens sont globalement assez proches des catholiques ; le seul point sur lequel Jésus n’est vraiment pas d’accord est le poids qui est donné au pur et à l’impur, et cette volonté de faire un « club de purs ». On comprend pourquoi Jésus insiste autant sur la place des pauvres, des pécheurs et des prodtitués…

Les Sadducéens, qui seraient liés au prêtre Sadoq au temps de Salomon, sont membres de l’aristocratie. Ils sont importants au temps de Hérode, et de nombreux grand-prêtres sortent de leurs rangs. Ce sont eux qui ont négocié avec les Romains. Ils ne reconnaissent que la loi écrite et récusent les traditions des Pères. Ce sont eux les responsables de la mort de Jésus car ils n’attendaient pas de messie. Ils affirment la primauté de la liberté humaine et pensent que Dieu ne s’intéresse absolument pas à la vie des hommes.  En politique, il suivent le idées des pharisiens car ils n’ont que peu de contact avec le peuple. Pour eux, l’âme meurt en même temps que le corps Ils auront vite disparu.

Les Esséniens sont de farouches partisans de l’observance de la Loi. Ils vivent en communauté avec pureté radicale et partage des biens. La communauté de Qumran est une secte dissidente des Esséniens. Pour eux, l’âme est éternelle et tout dépend de la volonté de Dieu.

Il existe enfin des mouvements baptistes (comme ceux qui suivaient Jean-Baptiste). Jésus est sorti de ce mouvement pour créer le sien, ce qui explique probablement leurs relations tendues.

Être scribe est une profession ; on en trouve à tous les niveaux de l’échelle sociale, ils sont les spécialistes des écritures, ils sont normalement bureaucrates dans le gouvernement ou au temple de Jérusalem. Matthieu fait un amalgame entre scribes et pharisiens, mais il n’est pas du tout certains que les scribes aient été opposés à Jésus.

Il faut enfin savoir que l’enseignement juif dans les synagogues ne se fait pas vraiment à partir des textes originaux, mais plutôt des Targums qui sont des traductions de l’hébreu vers l’araméen. On lit le texte original en hébreu auquel personne ne comprend rien, puis on l’explique par le Targum. Dans un deuxième temps, on publiera une version écrite du Targum pour transmettre les traditions.  On croise volontiers la lecture de la Torah avec les prophètes, et on adore manier les citations de l’écriture pour donner un sens particulier au thème développé. C’est sur cette base de Targum que les évangélistes ont travaillé. L’évangile de Jean est assez proche des targums : le texte biblique est enrichi d’interprétations messianiques, l’eschatologie est accentuée, on y trouve le même sens du péché, de la sainteté des patriarches, de la transcendance divine : « La parole est devenue chair et elle a habité parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire » (Jn 1,14)

Calendrier

Cliquez sur le jour pour lire l'article.

Évangiles

Intro

Avant-Propos

La foi c'est quoi?

Newsletter quotidienne

Une découverte quotidienne de la vie de Jésus, de ses actes et de ses paroles, avec un commentaire libre, laïc, original et sans prétention.

Merci. Vous vous êtes inscrit avec succès à la newsletter.